Quand rien n’arrête un entrepreneur

Quand rien n’arrête un entrepreneur

Du 13 au 19 novembre se déroule la Semaine de l’entrepreneuriat. Plusieurs jeunes, comme Bruno-Pier Doré, développent leurs entreprises.

Crédit photo : Photo Trium Médias – Hélène Gagnon

De plus en plus de jeunes se tournent vers l’entrepreneuriat. Bruno-Pier Doré a foncé, tête baissée, dans ce qu’il n’appelle pas son travail, mais plutôt son mode de vie.

«J’ai toujours démontré des qualités de leader. J’ai toujours été fonceur et persévérant», lance d’emblée le jeune homme.

À 25 ans, il est propriétaire du Groupe 3D, une entreprise oeuvrant dans le domaine de l’aménagement paysager, de l’excavation, du terrassement et du déneigement. De plus, il est copropriétaire du Centre nautique Lac-Saint-Jean.

«Au début, je travaillais avec mon père le déneigement. Puis, rapidement, j’ai eu le goût d’agrandir l’entreprise et de développer des services quatre saisons.»

Expension

En moins de trois ans, Groupe 3D a étendu ses services sur un vaste territoire, soit de Saint-Félicien à Alma.

Basé à Chambord, Bruno-Pier Doré a donc décidé de repositionner son entreprise. Dernièrement, il a fait l’acquisition, en partie, de l’entreprise Didyme Néron, située à Métabetchouan.

«C’était dans mon planning et je ne compte pas m’arrêter là. Je souhaite développer mon entreprise dans le secteur de Roberval et Saint-Prime, au cours des prochaines années.»

Le jeune entrepreneur souligne qu’il désire prendre la relève d’entreprises déjà existantes.

«En faisant l’acquisition d’entreprises, je souhaite maintenir des emplois, mais également conserver l’expertise des employés.»

Pas de compétition

Actuellement, Bruno-Pier travaille le jour et va à l’école le soir, afin de mettre la main sur ses cartes de compétence, comme entrepreneur général. Par contre, il ne compte pas se mettre à construire des maisons.

«Je dois obtenir ma licence afin de pouvoir creuser des solages. Mon but n’est pas de bâtir des maisons. Je préfère travailler avec les entreprises déjà en place. Je préfère développer de bonnes relations d’affaires et non pas entrer en compétition.»

Foncer

Malgré son jeune âge, rien ne peut arrêter cet entrepreneur.

«Quand les gens doutent de moi, ça me donne deux fois plus d’énergie. Je suis prêt à redoubler d’effort uniquement pour leur prouver le contraire. Je crois en moi et en mon instinct!»

  • Jo-ann Asselin

    bravo jeune homme et bonne chance pour l avenir