Le projet « L'école en verre » met du soleil dans l'école Jolivent de Chambord

Hélène
Hélène Gagnon
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Dévoilement de la troisième édition du programme

Depuis déjà trois ans, la Corporation Idéaux Travail permet à des jeunes de la MRC du Domaine-du-Roy de vivre une expérience de travail afin de faciliter leur intégration au marché du travail. Le projet « L'École en verre » consiste à la réalisation de vitraux qui sont affichés dans les écoles primaires. Pour la troisième édition, l'école Jolivent de Chambord a été choisie afin d'accueillir les 14 vitraux qui ont été à la base dessinée par les jeunes élèves de l'école.

« J'avais hâte qu'on m'approche pour la réalisation de ce projet, mentionne la directrice de l'école Jolivent, Lynda Lemieux. C'est un projet qui unit toutes les générations. Les élèves de l'école ont réalisé les dessins qui ont servi de modèle; les jeunes adultes ont conçu les vitraux, qui eux, à leur tour, ont été aidés par des bénévoles retraités, dont le vitrail est une passion. Nous jeunes sont fiers d'avoir participé à ce projet, qui une fois complété, leur revient. C'est une belle expérience et nous sommes fiers de les afficher à la vue de tous les élèves dans les vestiaires. »

La coordonnatrice Vicky Tremblay et trois bénévoles retraités Ruth Verreault, Lise Simard et Madeleine Lévesque prennent part à ce projet et accompagnent les cinq participants. Par contre, sans l'aide des enfants de l'école primaire Jolivent, le projet n'aurait pas eu la réussite qu'on lui attribue. « Les jeunes étaient libres de dessiner ce qu'ils souhaitaient. Ils ont fait beaucoup d'animaux. Ce qui est intéressant dans ce projet, c'est de voir que tous les jeunes sont en mesure d'immortaliser la vie chambordaise et le vécu des gens d'ici. Les animaux sont extrêmement présents dans leur création. De plus, les nombreux chevaux montrent que le Festival du Cowboy a une place importante dans le dynamisme de la communauté. Les résidents pourront les regarder quand ils passeront devant l'école. De plus, ils apporteront de la chaleur à cette école », explique Ruth Verreault.

Parmi les 14 vitraux, on retrouve des chats, des chevaux, un lapin, un singe, un éléphant, un tigre, un dragon, un pingouin, un bonhomme de neige, une princesse, une maison et un château : « Je crois que nos élèves et les jeunes adultes ont partagé un beau moment lors du dévoilement des vitraux. Nous avions vu les dessins, mais il était impossible de connaître le produit final. Lors du dévoilement, il y avait une complicité entre ces deux générations. Les élèves étaient heureux de voir ce que leurs dessins avaient donné et les jeunes adultes qui les avaient réalisés étaient heureux de voir l'émerveillement des enfants devant leur réussite. Leur dynamisme va nous manquer. Par contre, ils nous laissent leur soleil ici », ajoute la directrice de l'école, Linda Lemieux.

Des vies transformées

Parmi les cinq jeunes qui ont participé à la réalisation des vitraux, il y a Marie-Claude Cloutier de Lac-Bouchette et Jean-Michel Deschambault de Saint-François-de-Sales. Le projet « L'École en verre » a complètement changé leur vie : « J'ai découvert une multitude de ressources que je n'avais pas et que j'avais besoin pour avancer dans la vie. Mon coffre à outils est bien rempli aujourd'hui. Le programme m'a permis de me redécouvrir, de travailler sur ma patience et sur ma confiance. Aujourd'hui, j'ai les connaissances qui me donnent la force d'avancer et j'ai des projets et des rêves. Je veux retourner aux études et je souhaite avoir ma maison en bois rond. Je sais maintenant qu'il faut travailler pour réaliser nos rêves et j'ai maintenant la force de persévérer », mentionne Marie-Claude Cloutier.

Jean-Michel Deschambault, quant à lui, devait travailler sa confiance. Par contre, il ne se doutait pas que ses perceptions de la société allaient complètement changer : « Je me suis inscrit au début pour me faire quelques dollars. Par contre, en cours de projet, j'ai découvert que je pouvais obtenir bien plus que de l'argent de cette expérience. Ma vision des autres, de la société et de la hiérarchie du travail a changé. Nous avons tous droit à notre chance dans la vie et j'ai saisi la mienne quand elle est passée. Je suis très heureux de ma réalisation. En six mois, le programme m'a donné le temps de me repositionner dans la vie. On m'a donné beaucoup, maintenant c'est à mon tour de donner. De plus, j'ai pu décrocher un emploi suite à ce projet », mentionne-t-il.

Le projet de L’École en verre s’inscrit dans le cadre du programme « Connexions compétences – projet de vitraux ». Pendant 21 semaines, à raison de 33 heures par semaine, les participants ont pu travailler sur eux-mêmes tout en apprenant. Cette initiative est rendue possible grâce à une subvention versée dans le cadre de la Stratégie emploi jeunesse du gouvernement du Canada.

Organisations: école Jolivent de Chambord, école primaire Jolivent, L’École

Lieux géographiques: Canada

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires