Mini-centrale à Val-Jalbert : les raisons d’être « pour » sont tout aussi valables que celles d’être « contre »

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Mini-centrale à Val-Jalbert

Val-Jalbert

Chers opposants au projet de mini-centrale hydro-électrique de la Rivière Ouiatchouan, ceci est une lettre ouverte qui consiste, non pas à vous faire changer de position ou pour vous convaincre de quoi que ce soit dans ce dossier, votre opinion est connue, criée et visiblement définitive. Soit.

Maintenant, quoi faire? On désinforme la population, on salit la réputation du site, on boycotte et on suggère à tous de faire de même? Mon point de vue est très subjectif, j’y travaille depuis dix ans. Je connais parfaitement le site physique, son histoire, sa chute, son architecture, ses saisons, ses splendeurs, ses humeurs et aussi ses couleurs et ses odeurs. Je suis certaine que cet aspect ne fait pas partie de vos préoccupations, mais est-ce que quelqu’un a pris la peine de se demander comment pouvait se vivre ce conflit de l’intérieur? Au-delà des aspects économiques, écologiques, symboliques ou sentimentaux, la dimension humaine est souvent ignorée. Vous aimez verser dans la sentimentalité? Avec comme ultime argument votre amour nouveau (les plus fervents opposants ne mettent à-peu-près jamais les pieds sur le site) et magnifié de la chute?

J’y travaille. J’y passe la plupart de mes journées de congé pour transmettre cet indicible attachement à mes enfants. J’aime passionnément tout ce qui lui donne son caractère unique; son décor enchanteur, son ambiance inexplicable, ses maisons remplies du souvenir des habitants d’antan, ses personnages, son vieux moulin, son restaurant, mais aussi, son personnel employé et administratif qui, quoique vous en pensiez, n’ont qu’un seul objectif, la survie de ce site touristique incontournable, témoin d’un passé moderne exceptionnel et industriel régional.

En dix ans, nous avons traversé un lot de difficultés, manque de budget, coupures de personnel, perspectives d’avenir peu encourageantes…

Propos démagogiques et blessants

Malgré tout, on a réussi l’exploit de ressusciter ce village moribond à coups de subventions redistribuées à divers entrepreneurs de la région et par d’habiles rénovations, toujours effectuées dans le respect des ancêtres, des bâtiments, de l’esprit et de la mission de conservation que s’est donnée l’entreprise. Pour que ce produit redevienne concurrentiel, on a travaillé au niveau de la restauration des équipements, de l’interprétation historique, de la formation continue des employés afin de former une équipe de professionnels motivée, aux standards de qualité élevés, impliquée émotivement et concernée quand il y va d’une réputation chèrement gagnée.

Certains commentaires dans les médias et sur les réseaux sociaux sont extrémistes, démagogiques, faux et parfois blessants quand on connaît un peu mieux le passé récent de Val-Jalbert. Personne pour s’indigner quand des sites touristiques, générateurs de retombées économiques agonisent et ferment par manque de financement? Pas de coalition pour appuyer les travailleurs saisonniers, pourtant très nombreux au Saguenay-lac St-Jean, victimes de la réforme de l’assurance-emploi?

-Modifier le débit de cette majestueuse chute pour assurer une poignée d’emploi? « Bah…ça ne vaut pas une chute! »

-Pour générer des profits? « De l’argent? Sacrilège! »

-Pour dynamiser l’économie régionale? « Même pas vrai, seulement certains s’en mettront plein les poches! »

-Pour utiliser une ressource naturelle disponible et durable? « Trahison, ne touchons pas à nos richesses! »

-Pour la vitalité d’un site historique et touristique? « Le barrage fera fuir les touristes! »

Non, chers opposants, en continuant de la sorte, ce sont vos méthodes de contestation qui feront fuir les touristes. Une mauvaise année, une chute d’achalandage et nos emplois redeviennent précaires et incertains. Je vous demande seulement de réfléchir et de cesser de traiter avec condescendance et ironie ceux dont l’opinion favorable à ce projet vous semble insensée, mercantile ou égoïste.

Les raisons d’être « pour » sont tout aussi valables que celles d’être « contre ». Sauvez « votre » chute, mais dans un site fermée, il n'y aura plus personne pour l'admirer.

Mélanie Tremblay, Roberval

Lieux géographiques: Val-Jalbert, Rivière Ouiatchouan, Roberval

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Guy Potvin
    19 février 2013 - 09:10

    Voulons-nous un Centre Écologique ou une centrale hydro électrique ? Un Centre Écologique ajouté aux équipements actuels du site de Val-Jalbert, c’est aussi un projet éducatif à fort potentiel d’achalandage et créateur d’emplois, qui garantirait la viabilité et la rentabilité du site en plus de créer une offre touristique novatrice et exceptionnelle…bien entendu ça prend évidemment aussi une chute écologique pour ça ! Car si on ne fait rien « Et Val-Jalbert va devenir plate » à écouter sur www.mcgilles.com /radio/archives/26 /10/12/3e partie. Guy Potvin, Concepteur et responsable du projet alternatif du centre Écologique Ouiatchouan-Val-Jalbert

  • Pierre Leclerc
    11 février 2013 - 11:04

    Madame Tremblay, Laissez-moi d'abord vous féliciter pour le courage de vos opinions et le langage poli que vous utilisez. Je suis depuis le début impliqué dans l'opposition au projet de centrale et de barrage. Je ne proviens pas de la région, mais laissez-moi vous parler du joyau extraordinaire que vous possédez: la chute Ouiatchouan. Depuis 2008, je voyage dans toutes les régions du Québec pour filmer et photographier des chutes. J'ai même créé une petite entreprise pour faire valoir l'immense potentiel qui existe au Québec pour développer le récréotourisme et l'écotourisme axé sur la valorisation des rivières, de leur histoire et de leurs attraits. J'ai visité pas moins de 200 sites, en milieu péri-urbain ou sauvage. Ce qui existe à Val-Jalbert (site historique et chute) est unique au Québec. Selon mon palmarès, la chute Ouiatchouan se classe parmi les trois plus belles chutes du Québec. À mes yeux, elle m'apparaît désormais intouchable. Beaucoup de régions vous envieraient d'avoir une telle richesse patrimoniale naturelle qui attire tant de gens de partout. Je me suis impliqué aux côtés des opposants de la région depuis le début, parce qu'ils voyaient la même menace que moi avec ce projet. Plus j'ai fouillé tous les aspects (économiques, culturels, historiques, touristiques...et politiques), plus je demeurais convaincu que ce site doit absolument être développé autrement que par la solution facile de centrale-barrage. À titre d'employée du site, je vous invite à prendre connaissance des arguments de la Coalition (qui ne sont pas les méchants empêcheurs de développement régional et les idéologues qu'on s'amuse à vouloir affubler). Si seulement les gens de la région avait pu avoir plus d'informations en tête sur les alternatives possibles avant qu'on leur bourre le crâne sur le projet des MRC, il deviendrait clair pour tous qu'il faut développer le site autrement. Un projet alternatif a été proposé. Qui s'en soucie ? Qui s'est informé ? Nous voulons un projet viable et emballant pour ce site. Saviez-vous que le gouvernement du Québec a actuellement tous les moyens financiers à sa disposition pour aider au développement touristique du lieu avec le Plan Touristique du ministère du Tourisme, qui n'a pas été amputé dans le budget du gouvernement ? Que les élites régionales ont choisi délibérément d'exclure le site de Val-Jalbert pour le développer en hiver, selon ce que permettrait ce Plan ? Qu'il existe, comme il se fait dans la Vallée du Bras-Nord (Portneuf), des outils novateurs, comme une coopérative de solidarité, qui permettrait la création d'un projet de développement touristique fantastique pour Val-Jalbert ? Un projet qui mettrait à contribution tous les intervenants, les commercants et citoyens de la région ? Qui créerait de la vraie richesse à long terme ? Qui permettrait aux employées comme vous de ne plus craindre pour leur emplois et même d'y travailler à l'année ? Qui donnerait une opportunité de faire connaître la culture Innue ? Qui donnerait envie, comme le dit si bien un autre commentateur, de passer plus d'une journée sur le site ? Tout cela est plus que possible. Mais, il s'agit de faire preuve d'ouverture et de créativité. De ne pas se laisser charmer par des gens qui prennent les opposants pour des idiots, des menteurs et des rétrogrades. Une bonne discussion avec nous vous ferait grand bien, et saurait vous convaincre de notre bonne volonté et du réel souci que nous portons à ce formidable site qu'est Val-Jalbert.

    • mélanie tremblay
      12 février 2013 - 21:02

      Merci beaucoup pour votre commentaire :-)

  • Claudette Martel
    10 février 2013 - 14:29

    Je te cite: ...les plus fervents opposants ne mettent à-peu-près jamais les pieds sur le site... Je te ré ponds:...les plus fervents défenseurs ne mettent à-peu-près jamais les pieds sur le site...sauf pour des raisons pécuniaires . Fervente opposante

  • michele castonguay
    07 février 2013 - 21:11

    Très chère Mélanie, merci pour ce que tu as écrit. Dans le respect, sans condescendance, et sans juger les personnes dont l'opinion diffère, tu as exprimé ce que plusieurs ressentent. Michele Castonguay - Val-Jalbert

    • mélanie tremblay
      12 février 2013 - 20:54

      Merci beaucoup Mme Castonguay :-)

  • casper
    07 février 2013 - 17:35

    touchez pas a mon village

  • Jean Jase
    07 février 2013 - 08:42

    Imaginez madame Tremblay que l'on veuille faire des chutes d'eau ou des montagnes russes sur les pyramides, trouveriez-vous cela d'un modernisme bon pour l'investissement ? Non. Alors, ne demandez pas aux opposants s'ils veulent voir la chute seulement en été entre 8h et 17h, Ne demandez pas pourquoi l'idée de voir une centrale en plein milieu du village nous déplaît ! Les investissements qui ont servi à sauvegarder le village abandonné ont été indiscutablement bien dépensés et acceptés. Puis on a commencé à investir des gros sous (ascenseur, détourner la vieille route, nouveaux accueils). Ça devait être des investissements prometteurs, pourtant la rentabilité a baissé. On voulait augmenter les revenus mais les dépenses ne se sont pas justifiées. Et maintenant, on essaie de nous imposer un nouveau projet à coup de mensonges et de vérités cachées. La décision prise par le gouvernement le dit clairement: 1- Hydro est en surplus d'électricité et n'a pas besoin d'autres centrales, 2- si le contrat n'avait pas déjà été signé par les libéraux, le PQ arrêterait aussi celui de Val-Jalbert. La réponse de Bernard Généreux le dit: 1- ces contrats représentent des subventions régionales déguisées. 2- les opposants ne sont pas les petits rien-du-tout dont il les a qualifiés. 3- les associations de préservation(et la ligue des contribuables du Québec) de toute la province ne sont pas les mal-informées dont ils les a qualifiées. Pour conserver les emplois à Val-Jalbert, tous les québécois verront leurs factures d'Hydro augmenter; comme ils ont vus leurs factures augmenter depuis le début du programme des petites centrales en 1991. Votre appétit pour garder votre emploi est correct. Ce qui l'est moins c'est l'appétit des promoteurs qui ne se soucient pas de savoir si la chute est une beauté à sauvegarder. Ce n'est pas parce que les visiteurs de l'hiver ne payaient pas qu'ils étaient des fantômes pour autant. Faire de la raquette, du ski, de la randonnée gratuitement, vous ne pouvez pas le voir et ça ne crée pas d'emploi. Mais ça crée de la santé. De la santé physique et mentale, pas fantôme. Jean Jase

  • Jean-Yves Nadeau
    06 février 2013 - 23:17

    Bonjour Mélanie, désolé si on a pu choquer à certains égards, on a tellement l'impression de prêcher dans le désert parfois, qu'on se met à crier pour être entendu. Vraiment désolé. Je suis un des opposants dans l'ombre mais très actif au projet de centrale à Val-Jalbert pour la simple et bonne raison que ce n'est pas logique qu'Hydro achète pour 160 millions $ de kWh (sur 20 ans), pour de seules retombées de 13 millions sur 20ans (selon calcul de l'actuaire R.Reid), si tout va bien. Car la tendance des débits ne tend pas à démontrer qu'il y aura rentabilité, mais plutôt des pertes. En sera-t-on plus avancés? Le site historique et patrimonial revampé génère 20 millions de retombées économiques régionales annuellement selon Généreux, sans compter les 110 emplois. Nous ce qu'on dit, c'est que la présence d'un barrage sur un site touristique si important, et de classe mondiale, risque de nuire à sa réputation de façon négative et créer des baisses d'achalandage et pertes d'emplois. SI tu fais le calcul sur 20 ans, ce 13 millions de profits nets fait figure de pauvre contre des retombées économiques touristiques régionales de 400 M$ (20ans x 20M$). Une seule perte de 3-1/4 % de l'achalandage suffit à effacer tous les profits. Quand on dit que c'est fragile comme montage financier, c'est ça qu'on veut dire. J'aimerais bien pouvoir te transmettre notre argumentaire au sujet du projet, celui-là même qui a convaincu Daniel Breton de rejeter le projet selon certaines sources..juste avant qu'il soit démissionné. La plupart des infos qui figurent dans cette argumentaire proviennent de documents du promoteur ou des différents ministères. Je te laisse mon courriel jean-yves.nadeau@videotron.ca si tu désires me laisser ton courriel pour que je t'envoie ça. Je promet d'être bien gentil avec toi ! ;-) Personnellement, je ne suis pas CONTRE les projets hydroélectriques, toutefois, dans le cas qui nous occupe, la puissance installée nécessite de vider littéralement la rivière à 1.8% du débit moyen annuel, la majeure partie du temps: c'est ça qui est inacceptable et cet info n'a pas été diffusé au BAPE, ni dans les consultations. Avec le résultat qu'on connait aujourd'hui. Si le promoteur avait écouté certains opposants lors du BAPE, il aurait analysé la pertinence d'installer un microturbo-alternateur de même puissance qu'à l'époque, soit 0.75 MW, c'est 25 fois plus petit que le projet actuel, et dans ce sens, n'aurait pas concurrencé le site touristiqu en enlevant 1 seul mètre-cube d'eau au débit. Voilà pour l'essentiel et faut pas nous en vouloir de ne parler que de chiffres, car c'est ce qui chatouille le plus les citoyens. Que des petits poissons meurent chaque jour dans une rivière asséchée ne touchent que les écologistes probablement... Salutations puis merci pour ton point de vue.

    • mélanie tremblay
      07 février 2013 - 11:01

      Merci pour ce commentaire constructif et respectueux!

  • Olivier Bouchard-Lamontagne
    06 février 2013 - 21:46

    "Pas de coalition pour appuyer les travailleurs saisonniers, pourtant très nombreux au Saguenay-lac St-Jean, victimes de la réforme de l’assurance-emploi?" Curieusement, je fais moi-même partie des travailleurs-euses saisonniers-ères, et je crie haut et fort et on m'a déjà entendu à la radio sur cet enjeu, de plus que l'on sait que c'est en partie Denis Lebel qui en est responsable, ancien directeur du site qui, pourtant, pourrait bien comprendre la réalité de ces travailleurs-euses. De plus, la chute, lorsqu'elle restera intacte, elle donnera les possibilités de développer l'hiver, et donc de créer de l'emploi à l'année pour les employés-es du site, ainsi que le Centre écologique que nous proposons. Aussi, pour dire que nous sommes que rarement sur le site, Jérôme Girard, qui est coporte-parole est le descendant d'un maire de Val-Jalbert et habite encore sur le lieu de son enfance. Marie-Claude passe tous ses étés au camping de Val-Jalbert avec sa famille. Et pour finir,UNE CHUTE, ÇA NE FAIT PAS FAILLITE (citation de Marie-Claude Paris-Tanguay). Vraiment, je crois que les employés-es gagneraient à se solidariser à notre cause qui est aussi la leur, au fond de leur coeur, car si on l'avait l'argent du gouv. du Québec pour faire vivre le site, ils-elles seraient les premiers-ères à vouloir que la chute du contexte de leur travail reste intacte, car c'est elle l'ÂME du site ! Je retourne la question, pourquoi, vous le syndicat de Val-Jalbert ne êtes-vous clairement positionnez CONTRE la réforme de l'assurance-emploi par rapport au Gouvernement Harper ? Êtes-vous prêt à le dire haut et fort à Denis Lebel ? On se revoit donc lors des manifestations prévues pour le mois de février. Les premières auront lieu le 12 février, à Chicoutimi et Dolbeau-Mistassini, devant les bureaux de Service Canada.

  • Marie-Claude Paris Tanguay
    06 février 2013 - 21:37

    Chère Mélanie, Je comprends ton attachement au site de Val-Jalbert car je partage les mêmes humeurs et sentiments que toi quand je m'y retrouve et même quand je ne fais qu'y penser. Je connais ton potentiel créatif, et je crois que tu connais le mien. Tu sais que nous sommes nombreux et nombreuses en ce coin de pays à être dotés de ce qu'il faut pour faire beaucoup mieux avec le potentiel de ce lieu béni qu'une centrale hydroélectrique, la seule de surcroit... Joignons nos esprits créatifs, mettons nos énergies en commun afin de recruter tous ces visionnaires de l'imaginaire afin de transformer Val-Jalbert en ce qu'il mérite: une zone de démonstration de toutes nos créativités, que les touristes viendront visiter et se diront qu'une journée c'est pas assez! Amitiés, Marie-Claude Paris Tanguay

    • mélanie tremblay
      07 février 2013 - 10:58

      Allo Marie-Claude! Merci beaucoup pour ton commentaire constructif, au moins avec toi, je me sens pas comme une méchante capitaliste ou une pauvre fille pas trop brillante :-) Je pense qu'on veut tous la même chose, ce sont les moyens utilisés pour y arriver qui sont différents. Bonne journée à toi, amitiés Mélanie Tremblay

  • Ghislaine Deschambault
    06 février 2013 - 19:30

    J'abonde dans le sens d'Olivier Jalbert. Je suis de la région, et Val-Jalbert représente à mes yeux et à mon coeur un attachement indicible au Lac St-Jean. Cet aspect n'a pas été assez mentionné, à mon avis, dans la bataille des chiffres et de la rentabilité des derniers mois. Quand je parle de ma région à des gens de l'extérieur, c'est le site et la chute qui reviennent dans mes propos, plus que tout autre chose. Je crois que cette nature, dans toute sa splendeur, est la carte maîtresse de la région pour attirer les touristes et garder la fierté des gens du coin allumée!!! Croyez-moi, si la centrale est bâtie, j'aurai davantage envie de recommander le fjord du Saguenay, ou Tadoussac, ou la région de Charlevoix, aux touristes, qu'un fantôme de chute qu'on arrête ou repart sur commande. Qui plus est, comment peut-on prétendre faire du développement quand on enlève aux citoyens de la région le droit de voir la chute à l'année? On met de l'argent dans vos poches mais si vous avez envie de profiter des splendeurs qui existent dans votre cour arrière, tant pis pour vous? Bref, on privatise le beau pour une classe de gens restreinte, en on amadoue le reste de la populace en leur promettant des retombées économiques. Je ne suis pas d'accord avec cette équation. Je suis certaine qu'il est possible de trouver d'autres solutions pour revaloriser le site et l'exploiter à son plein potentiel sans détruire ce qui fait son charme principal.

  • jean-jacques ouellet
    06 février 2013 - 17:39

    Mme Tremblay, le seul point à retenir concernant dame Jalbert et ses splendeurs, qui de mille évidence n'a jamais eu nul besoin ni de défenseurs, ni de pourfendeurs, est celui-ci, comme cité plus haut. Tout repose sur l'argent, les sous. Il y a plus de 30, 40 ou 50 ans, bien avant votre première tétée fort probable, des centaines de gens de partout, chaque année, sans aucune sortie monétaire de leurs poches, venaient y faire de superbes excursions . Dame Jalbert savourait tout ca. Le charme du site, intact, vieillot, indiciblement émouvant pour tous transcendait toute notion d'argent. Mais certains, je n'ose leur donner de titre, se sont rendus compte qu'il y avait là une fameuse de belle vache à lait. Et depuis ce temps, avec des dizaines de milliers de dollars investis, soi-disant pour apporter des revenus localement et régionalement, l'on constate quoi. Que dame Jalbert s'est enlaidie tout partout avec ces constructions d'un modernisme agressif et choquant, des déboisements sauvages pour du parking gigantesque, et pire encore, des prix d'accès faramineux et pour du temps limité, bref les citoyens se sont fait exproprier de chez eux pour apparemment faire travailler des gens, faire des profits. Que voit-on en fait? Des subventions, des subventions encore, des projets coûteux, du gaspillage, des travailleurs saisonniers. Elle se trouve où cette rentabilité ? Ne voyez-vs pas que ce sont toujours les plus de 7 000 000 de québécois, par nos taxes et impôts, dont vs-même, bien sûr, qui payez et absorbés ces frais? Et le futur projet en balance ! Qu'en est-il de sa rentabilité réelle ? Qu'en est-il vraiment aussi de la confirmation et assurance de création d'emplois ? Plus qu'inquiétante, considérant ici toujours que tous les frais sont et seront absorbés par chacun de nous. Qu'en est-il de ceux qui poussent encore pour ns appauvrir ? Ceux-là qui curieusement pensent en retirer profit ? Qu'en est-il justement de ceux qui sont écoeurés d'être des expropriés, de payer la note ou de s'y voir refuser ou bloquer l'accès, alors que dame Jalbert n'a jamais eu ni désiré vivre tout ca? Et du nombre de ces derniers, dont je suis, point n'est nécessaire de vivre, manger et dormir, comme vs semblez dire, quasi plus de 8000 h. annuel, il ns suffit d'espérer revoir, revenir et jaser avec dame Jalbert, tout simplement. Avec les sentiments et émotions qu'elle a su ns préserver, mais que quelques petits profiteurs essaient depuis déjà trop longtemps de faire miroiter à tous , disant : développons notre vache à lait, faisons des millions. Posez-vs cette question ultime ? Ces frais onéreux, ces dépenses d'argent fabuleuses, inutiles souvent , cette non-rentabilité, quand donc a-t-elle commencé ? Seulement quand de ptits profiteurs ont amené la question de profits, il y a des dizaines d'années, et ca se continue avec le projet actuel latent. Dame Jalbert a-t-elle demandé tout ca ? Les payeurs de taxes ont-ils demandé tout ca ? Le poète Claude Péloquin, il y a plus de 40 ans a très bien résumé la situation du peuple québécois = «Vous êtes pas écoeurés de mourir, bande de caves?» et comme vs l'écrivez si bien, étant partie prenante côté argent alors que les opposants ne le sont pas, il faut convenir que trop de québécois encore peuvent porter cette phrase sur leur front. Trop peu ont décidé de changer de bande. Jean-Jacques Ouellet photographe-naturaliste et amant global du naturel sans spoliation humaine, ce qui devient de plus en plus espèce à la limite de la survivance.

  • Simon Guy
    06 février 2013 - 16:30

    Oui, Quel beau site, j'aimerai avoir la chance de Mme Tremblay et pouvoir y aller souvent.... Mme Tremblay, les rats quittent le navire, ne soyez pas port étandard d'un tel projet qui est entrain de sombrer. Avez-vous pensé à une alternative au dévelopement de Val-Jalbert? C'est comme si on prélevait une partie des pierres de la grande pyramide, même si celà affectait sont aspect visuel pour être vendues. Sous prétexte qu'elle n est pas assez rentable. C'est indécent, Simon Guy

  • Juan Marquez
    06 février 2013 - 16:21

    Pauvre Mélanie Tremblay Je suis triste pour toi, tu me semble être une bonne personne et tu expose ton nom à la défense de ce projet. Mélanie lorsque le gouvernement au pouvoir qualifie d'erreur le programme de mini-centrale au Québec et l'abolit, tu dois réfléchir... Pourquoi ce serait Val-Jalbert le fou dans l'histoire que fera détruire sa chute alors que tous les autres projets sont cancellés??? Garde ta dignité, tient toi loin des projets verreux!!! ha oui en pensant je suis natif du Mexique et demeure à Montréal, j'ai visité le village historique une seule fois..... je le connais peu mais suis assez allumer pour m'opposer Juan Marquez

  • Jocelyne Prévost
    06 février 2013 - 14:26

    En réponse à Mélanie Le site sera toujours ouvert, car le site c'est avant tout la chute et son village historique. La chute existait bien avant notre arrivée et existera bien après. Actuellement c'est la direction de Val-Jalbert qui ferme le site, je ne peux aller voir la chute comme anciennement. Il restera toujours des gens pour l'admirer J'oubliais: Je suis contre le projet de mini centrale et vais à Val-Jalbert à chaque semaine

  • Jacques St-Pierre
    06 février 2013 - 13:52

    Chère Mélanie, Les opposant représente au minimum 53% de la population. J'en fait partit! Bien que plus âgé que toi, je visite ce site depuis 20 ans. Ce site existe depuis bien des années et demeurera ouvert même lorsque le projet de barrage sera annulé. Le temps nous donnera raison. Prend connaissance du dossier et tu comprendras pourquoi 6 projets viennent d'être annulés et que Vj sera le suivant. Il est à noté que la majorité des opposants (majorité de la population également) le font bénévolement. Ils retirent aucun profits, bénéfices, ou avantage politique. Si tu es pour le projet... pose toi la question.... Retire-tu quelque chose personnelement??? Ece par vertue???? non, après vérification il s'avère que tu travaille pour le site de Val-Jalbert. Surprise... ece de la démagogie....... Si tu aime réellement le site de Val-Jalbert, protège-le car une chute réduite à moitié ne sera pas une grande fierté d'y travailler!!! Jacques St-Pierre Amant de Val-Jalbert depuis 20 ans

  • Richard Blondeau
    06 février 2013 - 12:44

    Je suis pour si la chute demeure active ( l'eau coule visiuellement) lorqu'il y a des visiteurs sur le site. C'est une tres belle chute , le site est tres tres beau et le personnel est exemplaire. Je l'ai visité en juillet 2012 et j'ai adoré. J'espere que la décision est final et ne nuira pas a cette attrais touristique. Bravo au gens du Saguenay.

  • Olivier Jalbert
    06 février 2013 - 12:32

    Chère Madame Tremblay, La virulence des opposants au projet de mini-centrale de Val-Jalbert, que vous dénoncez et qui est assurément regrettable, est le reflet de l'importance de ce site dans l'imaginaire de la population du lac St-Jean et du Québec tout entier (même si nous n'y allons pas à tous les jours comme vous). La valeur de la chute de la rivière Ouiatchouan dépasse largement la faible quantité d'électricité qu'elle pourrait produire. Or, cette réalité a été complètement ignorée par le promoteurs du projet et le Gouvernement. Le projet de mini-centrale s'attaque à une icône du lac St-Jean, un site qui définit la région et le cadre de vie de ses citoyens, et qui attire des touristes du monde entier. C'est pourquoi ce projet doit être stoppé. Vous aimez manifestement Val-Jalbert et vous vous souciez de son avenir et des emplois à préserver et à créer. Nous nous rejoignons sur ce point. Mais l'avenir de Val-Jalbert réside non pas dans la production d'électricité. Il se trouve plutôt dans la mise en valeur de son potentiel récréo-touristique qui est considérable. Pour y arriver il faudra l'appui financier et technique du Gouvernement du Québec en vue de mettre au point un projet d'avenir structurant et viable pour le site et la région. Il suffirait que le gouvernement utilise ne serait-ce qu'une petite partie des sommes qu'il était disposé à perdre dans la production d'électricité (via HQ). Salutations cordiales Olivier Jalbert Montréal

    • Claudette Martel
      11 février 2013 - 10:31

      Je te cite: ... les fervents opposants ne mettent à-peu-près jamais les pieds sur le site... Je te rétorque: les fervents défenseurs ne mettent à-peu-près jamais les pieds sur le site...sauf pour des raisons pécuniaires! Une fervente opposante.