L’agrile du frêne fait aussi des ravages

Insecte nuisible

Serge Tremblay serge.tremblay@tc.tc
Publié le 17 juin 2015

FORÊT. La tordeuse des bourgeons de l’épinette n’est pas le seul insecte à faire des ravages dans les forêts du Québec. L’agrile du frêne, un insecte d’origine asiatique arrivé au Québec en 2008, est responsable de la mort de millions de frênes au Canada.

La larve de cet insecte se logue à l’intérieur de l’écorce du frêne et creuse des galeries sinueuses en se nourrissant de la partie interne de l’écorce et de la partie externe du bois. En quelques années à peine, l’arbre meurt.

Chez Ressources naturelles Canada, on précise que la population a un rôle important à jouer pour limiter la propagation de l’agrile du frêne. Bien que l’insecte puisse effectuer des vols de plusieurs kilomètres, l’activité humaine demeure le facteur le plus important à sa propagation.

« Avec le début de la saison de camping, il est opportun de rappeler de ne pas transporter de bois de chauffage dans ses déplacements, de façon à ne pas donner un coup de main à l’agrile du frêne », souligne Jean-Sébastien Roy, gestionnaires des communications régionales au Québec chez RNCan.

En fait, certaines régions du Québec, mais pas le Saguenay-Lac-Saint-Jean, font actuellement l’objet d’une réglementation où il est interdit de déplacer certains produits, dont le bois de chauffage, et ce, peu importe l’essence. L’achat de bois de chauffage localement est fortement recommandé par Ressources naturelles Canada.

D’abord apparu en Montérégie, l’agrile du Frêne s’est propagé à une bonne partie du sud du Québec. La population est donc invitée à faire preuve de vigilance pour éviter que d’autres régions soient touchées. 

À lire également:

 

 

Un projet de science citoyenne sur la tordeuse

La tordeuse s'attaque à des superficies records