Grève: les ambulanciers veulent se faire entendre


Publié le 16 février 2017

Les ambulanciers veulent se faire entendre.

© Photo: TC Media – Audrey-Anne Maltais

PRESSION. Avec les négociations qui sont présentement au point mort et leur convention collective échue depuis le 31 mars 2015, les paramédics du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont déclenché une grève, hier, et se lanceront maintenant dans les moyens de pression.

Le président du syndicat des paramédics Saguenay-Lac-Saint-Jean—Nord FSSS-CSN, Martin Harvey, a tenu à rassurer la population sur ces moyens de pression, qui ne toucheront en aucun cas les services offerts à la population.

« Notre grève consistera à des moyens de pression administratifs. Tous les services vont se donner […] Vous savez, toutes les fois que la population nous appelle, on est là pour donner des services et pour les aider. Présentement, on a besoin d'eux », a lancé le président du syndicat.

Plusieurs ambulanciers ont d'ailleurs participé à une action de visibilité sur le boulevard du Saguenay, devant le pont Sainte-Anne, où ils ont distribué des tracts aux automobilistes pour les sensibiliser à leur situation.

Moyens de pression

« Si vous avez besoin de nous, nous serons là, ne vous inquiétez pas! Mais nous cessons jusqu'à nouvel ordre d'effectuer différentes tâches qui ne sont pas essentielles à votre santé et votre sécurité », peut-on lire sur lesdits tracts.

Les moyens de pression administratifs toucheront notamment à la facturation et à l'entretien des casernes.

« C'est certain que l'on est très limité dans nos moyens de pression puisque l'on offre des services essentiels », a souligné le responsable de la mobilisation pour le syndicat, Jean-Daniel Tremblay.

Le président du syndicat des paramédics Saguenay-Lac-Saint-Jean—Nord FSSS-CSN, Martin Harvey, avec Jean-Daniel Tremblay, responsable de la mobilisation.

Parmi les demandes prioritaires des paramédics, il y a l'allégement de la charge de travail et d'instaurer des horaires de travail à l'heure.

« Malheureusement, il semble actuellement que la grève soit le seul moyen pour nous faire entendre. Les travaux sur les enjeux normatifs sont terminés avec la Corporation des services d'ambulance du Québec, mais en ce qui a trait notamment aux salaires, à la bonification du régime de retraite ainsi qu'à la charge de travail et aux horaires de travail, nos priorités, nous n'avons même pas reçu d'offre formelle », a déploré M. Harvey.

Par ailleurs, les ambulanciers demandent le retour du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, à la table des négociations, alors qu'il s'était retiré en avril 2016.

D'autres actions de visibilité devraient se tenir au cours des prochaines semaines.

Mentionnons que le Syndicat regroupe 140 paramédics couvrant notamment les territoires de L'Anse-Saint-Jean, Chicoutimi, Alma, Roberval, Saint-Félicien, Normandin, Chapais et Chibougamau. Les ambulanciers de la région se joignent à ceux du reste du Québec pour cette grève.

Plusieurs ambulanciers ont distribué des tracts aux automobilistes pour les sensibiliser à leur situation.

© Photo: TC Media – Audrey-Anne Maltais