Impôts 2017: la contribution additionnelle en CPE fait mal


Publié le 19 mars 2017

La période pour faire vos impôts se termine le 31 avril

©Photo: Depositphoto.com-LDProd

FINANCES. Les familles de la classe moyenne qui envoient leurs enfants en service de garde subventionné seront les plus durement touchées lors de la période des impôts avec la contribution additionnelle imposée par le gouvernement du Québec.

Les parents ayant un revenu qui varie de 50 920$ à 161 380$ doivent maintenant payer de 8,45$ à 21,20$ par jour pour un premier enfant. Une différence qui va leur faire très mal, a fait remarquer le directeur en fiscalité de chez Deloitte, Pierre Olivier Riou.

« Certains parents dont les enfants vont dans des CPE à 7,55$ n'ont pas nécessairement amassé l'argent et se retrouvent avec de grosses contributions additionnelles à payer. Ils pourraient envisager de se tourner vers les garderies privées parce que ça devient plus avantageux avec les crédits de récupérer, soit entre 26% et 75% des frais déboursés. »

Ce qui peut alléger le fardeau sur les épaules des familles se retrouve du côté du fédéral. La prestation universelle pour garde d'enfants imposable qui donnait 1920$ par année pour un enfant de moins de 6 ans et 720$ pour celui âgé de 6 à 17 ans a été remplacée. Elle laisse place à l'allocation canadienne pour enfants non imposable qui donne 6400$ par an aux moins de 6 ans et 5400$ pour les 6 à 17 ans. Cependant, ce montant est réévalué à la baisse dès 30 000$, selon le revenu familial. À 171 000$ pour une famille avec un enfant et 206 500$ avec deux enfants, celle-ci ne reçoit plus rien. M. Riou indique que selon le gouvernement fédéral, 9 familles sur 10 auront plus d'argent dans leurs poches.

Qui plus est, le crédit canadien de baisse d'impôt pour les familles a été aboli cette année.

« Si quelqu'un faisait 100 000$ et son conjoint 25 000$, il pouvait lui transférer jusqu'à 50 000$ pour aller rechercher un maximum de 2000$ de déductions. Ce n'est plus possible maintenant. »

Québec

Les Québécois paieront leur contribution santé, aussi appelée taxe santé, pour la dernière fois, elle est abolie pour l'année imposable 2017. Elle était destinée à ceux dont le salaire s'élevait à plus de 18 570$, ils pouvaient débourser jusqu'à 1000$.

Le gouvernement a aussi instauré une mesure d'incitation à l'emploi appelée bouclier fiscal, souligne le directeur, qui permet de diminuer la perte ou réduction de prime au travail. « Une famille avec enfant peut avoir gagné 40 000$ en 2015 et reçu de la prime au travail. Si son salaire a été augmenté, que son revenu grimpe par exemple à 46 000$ en 2016, elle perdrait au final 150$ au lieu de 600$ grâce au réajustement avec le bouclier fiscal.»

Faire ses impôts, seul et par logiciel ?

Avec le virage internet des déclarations, certaines personnes sont attirées par les logiciels qui permettent de faire ses impôts de façon autonome. La responsable des impôts au Service budgétaire et communautaire de Chicoutimi, Linda Paquet, conseille grandement de demander l'aide d'un professionnel.

« Tu ne peux pas écrire ce que tu veux comme sur un document papier. Ce n'est pas facile pour tout le monde, il faut être au courant des crédits auxquels on a le droit. Il faut vraiment fouiller et être à l'aise avec l'informatique, on peut facilement se décourager. »