Sections

Cinq années de chantier dévoilées à Roberval


Publié le 15 mai 2017

Travaux Roberval

©Photo TC Media - Hélène Gagnon

TRAVAUX. La Ville de Roberval a dévoilé son Plan d’intervention des infrastructures pour le renouvellement des conduites d’eau potable, d’égouts et des chaussées. Lors des 5 prochaines années, c’est aux quatre coins de Roberval que des travaux seront effectués afin d’améliorer les secteurs problématiques.

Le plan dresse le portrait de 750 tronçons. Chacune de ces zones est classée en fonction de l’état des réseaux d’aqueduc, d’eaux usées, d’eaux pluviales, de la chaussée et sur l’aspect global. Ainsi, à l’ensemble de la Ville, ce sont 5000 variables qui sont évaluées.

« Le travail est réalisé à l’interne. La Ville ne fait pas appel à une firme d’ingénieur de l’extérieur afin de réaliser le plan. Ça représente entre 800 et 1000 heures de travail », explique Jean-Luc Gagnon, directeur de l’ingénierie et des travaux publics.

Au niveau du résultat global, aussitôt qu’un tronçon obtient une cote D, celui-ci peut être soumis à un programme d’infrastructures. Pour 2017, le tronçon du boulevard de l’Anse sera priorisé. Les travaux s’élèveront à 3,8 M$ afin de faire un remplacement complet.

« Ce tronçon représente 8 km sur un total de 80. Il représente 10 % du réseau, mais 30 % des bris. Il y a donc un véritable problème. Notre système nous a avisés qu’il était important d’entreprendre des démarches afin de faire des travaux dans le secteur. Nous allons faire usage d’une conduite qui résiste au sel de déglaçage. Cela devrait réduire les problématiques », mentionne M. Gagnon.

En 2018, la phase 5 du boulevard Marcotte entre le boul. Gagnon et la Rue Ménard sera réalisée. En 2019, la rue Saint-Jean et la rue Lévesque figurent à la liste. En 2020, c’est la rue Bergeron ainsi que les rues environnantes qui seront améliorées. Finalement en 2021, il y aura le boulevard Saint-Joseph, entre les intersections avec la rue Notre-Dame. Dans ce secteur, il y aurait apparemment des conduites datant de 1898.

« Il s’agit des priorités, mais la Ville réalise des travaux ponctuels, afin de faire des correctifs. Ces travaux se font de manière plus rapide et sans avoir besoin de creuser une tranchée. On les réalise quand nous déterminons qu’un élément s’est détérioré comparativement aux autres », affirme M. Gagnon.