Être heureux en amour: tout passe par l'introspection


Publié le 17 mai 2017

La conférence est née de la propre expérience de Mme Bolduc, qui a toujours eu de la difficulté au niveau relationnel, jusqu'à ce qu'elle rencontre son conjoint actuel.

©Photo: Depositphotos.com-markin

COUPLE. Être heureux en amour. Voilà le défi auquel tous les couples doivent faire face. Il n'existe pas de recette miracle, mais plusieurs choses peuvent être faites pour mener vers ce bonheur, selon la conférencière Line Bolduc.

Cette dernière s'arrêtera dans la région le 17 mai, afin de présenter sa conférence Comment être heureux en amour?.

« Il n'y a pas de recette miracle pour être heureux en amour. Il y a des personnes qui voudraient que je leur dise que s'ils disent cette phrase à leur chum ou leur blonde, tout va bien aller. Mais au fond, c'est de voir ce que je peux faire, moi, pour mieux me comprendre et pour voir où j'ai des réactions de contrôle envers l'autre », a expliqué Mme Bolduc.

La conférencière a précisé que les gens ont tendance à mettre la faute sur l'autre, alors que lorsqu'on se chicane avec l'autre pour X raisons, on nourrit cette flamme négative.

Célibataires heureux

« Pourquoi on dit que les célibataires heureux forment des couples heureux? C'est parce qu'ils ont fait le point dans leur vie, au lieu de sauter de relation en relation. »

Un phénomène particulièrement observé chez la génération des 20 à 35 ans.

« Un couple sur deux risque de se séparer lors de la première et deuxième relation. Rendu à la troisième relation sérieuse, on parle de 75% des gens qui se séparent. La raison à cela, c'est que les gens n'ont pas fait d'introspection entre lesdites relations », d'affirmer Mme Bolduc.

La prochaine relation devient pire, parce que la personne ne voit que les défauts de l'autre, en se déresponsabilisant. Pour la conférencière, il est certain que ça ne va pas aller en s'améliorant lorsque cette vision prédomine.

Réseaux de rencontre

La conférencière a sept livres et plus de 2 000 conférences à son actif, en 22 ans dans le métier.
Photo: Gracieuseté

La façon dont les gens se rencontrent a complètement changée avec l'arrivée des technologies.

« Pour les générations des 20 à 35 ans, ils se retrouvent dans un océan de choses qui sont parfois futiles, quand on regarde avec les réseaux de rencontre. Oui, il a quelques couples qui se forment avec ce genre de réseaux, mais les autres ont l'impression de magasiner quelqu'un par son physique, plutôt que de voir les traits de personnalité dans lesquels ils se reconnaitraient », a souligné Mme Bolduc.

Pour ce qui est des jeunes du secondaire, ils n'ont pas de bases sur comment faire un bon choix, selon la conférencière, puisqu'il n'y a pas d'éducation en ce sens. Les jeunes sont donc complètement démunis au point de vue relationnel.

« C'est pour ça que de revenir à soi, de savoir qui on est, ce que l'on veut, ce qu'on ne veut pas, ce qui est négociable et ce qui ne l'est pas, ce n'est pas le même parcours », a-t-elle conclu.