Sections

Un projet de sentier multiusage est sur la table


Publié le 20 juillet 2017

Le comité axe dans un premier temps sur le vélo de montagne, mais d’autres usages pourrait s’ajouter en fonction des résultats de l’étude.

©Photo Depositphoto - © sportpoint)

SENTIERS. Le Québec compte quelques grands sentiers de randonnée. Les Traversées de la Gaspésie et de Charlevoix sont certainement les plus populaires, car elles permettent aux randonneurs de découvrir l’arrière-pays. Le Club Vélo 2 Max, ainsi que plusieurs acteurs du milieu travaillent afin de doter le Domaine-du-Roy d’un sentier multifonctionnel.

Créé l’automne dernier, la table a pour mission de positionner la MRC comme un pôle attractif pour les sentiers de vélo de montagne et multiusages. Le principal objectif de cette organisation est de créer, à travers la forêt boréale, un lien intégrateur entre les municipalités de Lac-Bouchette et de La Doré, en passant par le territoire de Saint-François-de-Sales, de Chambord, de Roberval, de Sainte-Hedwidge, de Saint-Prime, de Saint-Félicien et peut-être même de Saint-André. Actuellement, le projet vise la pratique du vélo de montagne et éventuellement pour d’autres usages.

« Nous avons dernièrement confié un mandat à l’entreprise Serfotec afin qu’elle puisse répondre à plusieurs de nos questions. On est dans une phase de préfaisabilité. On a besoin de réponses afin de voir à quoi notre projet pourra ressembler et surtout savoir s’il est réalisable », souligne Jeannot Tremblay du Comité Ad Hoc territorial et Vélo 2 Max.

Les membres du comité sont conscients que ce type de projet en lien avec le développement durable peut être garant de succès et peut apporter des retombées intéressantes dans les municipalités impliquées.

« Il y a des comparables à travers la province. Notre territoire a également cet immense potentiel. Dans les dernières années, la région a fait du tourisme d'aventure et écotourisme son créneau d’excellence. Notre projet cadre parfaitement avec cette vision. Pour que ça fonctionne ont doit travailler ensemble, car l’objectif est également que chaque communauté tire profit de cette infrastructure », mentionne M. Tremblay.

Le comité élabore un document de travail et déjà plusieurs partenaires confirmés ou potentiels ont été rencontrés ou le seront prochainement.

L’étude de préfaisabilité technique sera réalisée au montant de 24 500$. Elle consistera à dresser un portrait réel et potentiel des sentiers situés dans les municipalités concernées. Ce portrait permettra au comité de travail d’avoir une meilleure perspective de développement et confirmera également si les travaux se poursuivront.

« L’étude va nous aider à clarifier le tracé, les liens existants, les liens à développer ainsi qu’à clarifier l’aspect multiusages. Nous venons d’attacher le financement pour l’octroi de ce mandat, dans les prochaines semaines, nous irons en discuter avec les élus afin de leur faire part de ce projet et de nos intentions de travailler de concert avec le milieu », conclut Jeannot Tremblay.