La Brèche du Temps se referme à l’école Benoit-Duhamel


Publié le 19 avril 2017

La brèche du temps

©TC Media - Hélène Gagnon

ROBERVAL. Les 48 élèves de 4e année de l’école Benoît-Duhamel ont vécu le projet La Brèche du Temps. Les élèves de Mme Agathe Verreault et de Mme Nadine Côté ont découvert l’histoire locale à travers les correspondances qu’ils ont entretenues durant l’année scolaire avec des adultes.

« La Brèche du Temps crée un pont intergénérationnel afin de raconter l’histoire d’ici, et ce, en se basant sur l’histoire locale. Les livres nous enseignent la grande histoire, mais quand est-il de notre petite histoire? Cette petite histoire qui fait que nous sommes là aujourd’hui. Cette petite histoire, il n’y a que les gens qui puissent nous la partager », mentionne Ursule Garneau.

Les échanges entre les élèves et les 28 correspondants avaient pour assise le Village historique de Val-Jalbert.

En début d’année scolaire, les jeunes ont visité le village historique. Au même moment, les adultes qui ont pris part au jeu circulaient sur le site et observaient les jeunes tandis qu’ils se laissaient imprégner par l’atmosphère de ce petit village moderne datant du début du siècle dernier.

« Quelques jours après leur visite, une boîte aux lettres magique est apparue dans celle-ci se trouvait une lettre de la postière de Val-Jalbert les invitant à profiter d’une brèche dans le temps pour correspondre avec les habitants de Val-Jalbert », souligne Vicky Tremblay, chargée de projet en médiation culturelle.

Ainsi, les jeunes et les adultes ont commencé à échanger sur les réalités actuelles, mais également celles d’autrefois.

Chaque adulte personnifiait une personne ayant vécu à Val-Jalbert. L’historienne Caroline Marcoux les a chapeautés dans leur démarche historique et rédactionnelle.

« Entre les mois d’octobre 2016 et mars 2017, trois lettres datées de 1902, 1921 et 1935, ainsi que des vœux des Fêtes, des bas de Noël et des oranges ont été envoyés par les correspondants sous le nom de leur personnage fictif. Les jeunes ont répondu à chacune des lettres », souligne Mme Tremblay.

Le caractère intergénérationnel, l’aspect communicationnel et le partage sont trois des éléments qui distinguent le projet, permettant à des jeunes et des adultes de se découvrir.