Conférences d’Yves Martin: la mère d’une victime réagit

Projet à sa sortie de prison

Publié le 7 février 2017

Danielle Tremblay.

©Photo: TC Media-Archives

JEUNES. La mère de Mathieu Perron s'insurge face aux intentions du chauffard Yves Martin qui, par la voix de son avocat Me Jean-Marc Fradette dans le journal le Quotidien, a fait savoir qu’il avait l’intention de prononcer des conférences auprès des jeunes lorsqu’il aura droit à des sorties de prison.

Martin, qui a écopé d’une peine de 14 ans de pénitencier pour avoir causé la mort de Mathieu Perron, sa conjointe Vanessa Tremblay-Viger et leur garçon Patrick lors d’une collision survenue le 1er août 2015, est un multirécidiviste de l’alcool au volant.

« J’en ai assez d’entendre parler de cet inconscient, qui tout à coup, se prend pour une personne qui veut en apprendre aux autres. Je ne peux plus me taire. L’accusé qui a tué nos enfants veut donner des conférences aux jeunes pour qu’ils ne deviennent pas un autre Martin. Il n’a jamais su prendre ses responsabilités. Il n’a jamais été capable de dire qu’il avait bu. Il a préféré mettre ça sur la faute de mon fils », a écrit Danielle Tremblay sur sa page Facebook.

La mère de Mathieu et grand-mère de Patrick se demande comment Yves Martin va faire pour informer les jeunes.

« Il faut que les jeunes puissent avoir un exemple, un modèle.  Je ne crois pas qu'ils vont apprendre quelque chose de bien de quelqu’un qui n’a jamais avoué sa faute. Je vais être là à vos conférences et vous devrez me demander la permission pour parler de mon fils et sa famille. Il y a des limites à me prendre pour une "conne"», a averti la maman.

Yves Martin.

©Photo: TC Media-Archives

Mme Tremblay a également mentionné que tout ce que veut Yves Martin, c’est de bien paraître pour sa possible libération conditionnelle à compter de 2018.

« Il veut donner des conférences, suivre des thérapies pour avoir sa libération conditionnelle parce qu’il peut la demander au sixième de sa peine. Ça ne prendra pas avec moi, je ne le crois pas. »

Quant à Sabrina Viger, la sœur de la victime Vanessa Tremblay-Viger, elle a également commenté sur Facebook.

« Ces intentions sont seulement pour la libération conditionnelle et rien d’autre. Il n’est même pas capable de parler en plus. Il n’a démontré aucun regret…un mur de béton. »