Une force cachée derrière sourires et paillettes

Une force cachée derrière sourires et paillettes

Le cheerleading est un enchaînement de sauts, de danse et de pyramides.

Crédit photo : Photo Trium Médias – Hélène Gagnon

De plus en plus d’étudiants de niveau secondaire s’initient au cheerleading. Discipline méconnue et souvent associée aux meneuses à claque et leurs pompons!

«Le cheerleading est un sport complet. Il associe la musculation, le cardiovasculaire et la danse», explique Virginie Genest, responsable du programme de cheerleading.

À la Cité étudiante de Roberval, Les Aigles ont en moyenne six heures d’entraînement, sur une période de neuf jours, afin de perfectionner la chorégraphie qui sera présentée devant les juges, lors des compétitions.

Compétitions

Par le biais du Réseau du sport étudiant du Québec, les étudiants participent à trois compétitions régionales durant l’année scolaire. Cette année, une quatrième s’ajoute à la liste.

«Nous avons décidé de prendre part à une compétition, en janvier, à Trois-Rivières. Pour eux, ça sera l’occasion de performer à l’extérieur de la région et de voir aussi d’autres équipes de partout au Québec à l’action.»

«Dans le cadre de cette compétition, ils vont même pouvoir exécuter leurs chorégraphies sur un spring floor. Nous n’avons pas ce type d’infrastructure dans nos écoles et même lors des compétitions régionales.»

La notion d’équipe est importante, il faut se faire confiance et faire confiance aux membres de l’équipe.

Force physique et mentale

Le cheerleading est une discipline exigeante. Les étudiantes, bien qu’il y ait quelques garçons, doivent développer leur cardio, leur musculature, ainsi que leur souplesse.

«Une chorégraphie dure deux minutes trente. Pas plus et pas moins. C’est un court moment, mais il est très intense, car les jeunes sont toujours en déplacement ou en action.»

En compétition, les juges évaluent la gymnastique, les sauts, la danse, les stunts, les pyramides, l’exécution, la technique, la difficulté et il y a aussi un volet performance.

«Quand on parle de performance, on parle également d’attitude. Durant une prestation, un spectateur doit se dire que ça semble facile. Il faut être solide et sourire. Il y a des points rattachés à cet aspect et les juges en tiennent compte.»

En travaillant en équipe et en faisant preuve de persévérance, deux qualités essentielles, Les Aigles de la Cité étudiante peaufineront leurs chorégraphies en fonction des commentaires des juges.