La sentence annoncée pour Jimmy St-Pierre

La sentence annoncée pour Jimmy St-Pierre

Jimmy St-Pierre a été arrêté en 2011 et 2016 pour trafic de drogue.

JUSTICE. Jimmy St-Pierre prendra le chemin du pénitencier. Le juge Paul Guimond a décidé d’imposer une sentence médiane à l’accusé, comparativement à la poursuite qui réclamait 7 ans et la défense qui proposait 24 mois moins un jour.

L’ancien enseignant faisait face à de nombreux chefs d’accusation pour possession simple de méthamphétamine, de cocaïne et d’ecstasy, trafic de cannabis, complot pour trafic de cocaïne, possession de méthamphétamine, de cocaïne et d’ecstasy en vue d’en faire le trafic, recel de moins de 5000 $, ainsi que des dossiers pour de nombreux bris de probation et de promesse.

Le rapport présentenciel a guidé le juge Guimond dans sa prise de décision. Soulignant que Jimmy St-Pierre ne semble avoir que de l’intérêt pour ce qui est de ses occupations personnelles.

« Le rapport est défavorable. De plus, il faut prendre en considération les facteurs aggravants, soit la gravité des accusations, le trafic de certaines substances pouvant convenir à la prison à perpétuité, la planification, le fait qu’il minimalise les conséquences et qu’il a déjà des antécédents en semblable matière », explique le juge lors de l’énoncé de la sentence.

Le juge a également mentionné que le fait que Jimmy St-Pierre ait récidivé dans un si court délai est une preuve de désinvolture.

« L’accusé persiste dans ses activités. Il est bachelier universitaire. S’il ne reprend pas sa place dans la société, c’est de son propre gré », affirme le juge.

St-Pierre écope d’une peine de 42 mois à laquelle est soustrait l’équivalent de 1 an, 9 mois et 25 jours de détention préventive.

Jimmy St-Pierre est demeuré de marbre dans le secteur de la détention durant l’annonce de sa sentence.

Le juge a tenu à souligner que le trafic de stupéfiants est une plaie sociale et qu’il est important que les sentences marquent la collectivité, mais qu’elles puissent également dissuader les accusés.

À LIRE ÉGALEMENT: Jimmy St-Pierre: la décision du juge Guimond attendue