Marie-Ève Roy signe son premier livre

Marie-Ève Roy signe son premier livre

Déjà le premier livre de Marie-Ève Roy se retrouve chez tous les libraires.

LITTÉRATURE. La région du Saguenay-Lac-Saint-Jean compte maintenant une nouvelle auteure. Marie-Ève Roy de Saint-Félicien vient de publier son tout premier roman, « On a juste une vie à vivre », aux Éditions De Mortagne.

Ce projet de roman, Marie-Ève Roy l’avait en tête depuis plusieurs années.

« J’ai toujours voulu écrire. J’avais huit ans et je me disais : un jour, je vais écrire un livre. Comme j’avais l’écriture à cœur, j’ai opté pour la presse écrite à l’université. Je reconnais aujourd’hui que ce choix a tué ma créativité. J’ai eu beaucoup de misère à me remettre à écrire des trucs plus littéraires », souligne-t-elle.

Plusieurs projets d’écriture ont été amorcés sans jamais être complétés. L’écriture de « On a juste une vie à vivre » a été faite il y a quatre ans. Remisé sur les tablettes, c’est l’hiver dernier que Marie-Ève Roy a décidé de retravailler ce projet.

« La base était bonne et le projet avait muri. Entre temps, j’avais lu beaucoup, alors je savais le style que je voulais aller chercher. J’ai plongé! Les derniers mois, j’ai planché des soirées et des nuits sur le projet », mentionne Mme Roy.

L’auteure qualifie son roman de littérature de « fifille », mieux connu sous l’appellation « Chick-lit ». Plusieurs auteures optent pour ce style bien apprécié des jeunes femmes. Marie-Ève Roy souligne que son ouvrage se démarque par l’humour qui est extrêmement présent.

« J’ai eu beaucoup de commentaires à ce sujet. Depuis peu, je me rends compte que les gens me trouvent drôle. Mon livre reflète bien ce côté humoristique. Je n’ai pas opté pour un amoncellement de tragédies, mais pour un élément déclencheur et beaucoup d’humour. Une fiction légère, bien loin de ma réalité », explique Marie-Ève Roy.

Bien que l’auteure souligne que le livre soit loin de la réalité, elle ne cache pas qu’une tonne d’anecdotes qui se retrouvent dans le livre lui sont déjà arrivées. Cette dernière souligne avoir tout de même fait preuve de rigueur et d’usage de faits réels.

« On a beau pouvoir tout inventer dans la vie, je demeure habitée par une petite journaliste qui a besoin de faits. Je dois me baser sur du réel. Alors, il y a une foule d’anecdotes qui sont vraies », relate Mme Roy.

Marie-Ève Roy planche déjà sur un second ouvrage. Bien que plusieurs auteures de romans « Chick-lit » optent pour des séries. Ce ne sera pas le cas de « On a juste une vie à vivre ». Bien que Marie-Ève ait entamé la rédaction de la suite, elle a fait preuve d’une rigoureuse gymnastique littéraire pour fusionner en un seul recueil toutes ses idées. Ainsi, la jeune femme peut se laisser bercer par sa créativité pour son prochain roman.

L’aventure débute pour Marie-Ève qui compte bien profiter de l’expérience.

« D’avoir réussi à me faire publier me donne le goût de poursuivre mon aventure comme auteure. Je vais vivre mon lancement officiel dans le cadre du Salon du Livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean à la fin du mois de septembre. J’ai hâte d’aller à la rencontre des gens, de leur parler et de connaitre leur impression. Il y a même des critiques sur Internet très positives, alors je pense que l’expérience sera formidable sur toute la ligne », souligne l’auteure.