Hélène découvre le Sentier de l’épouvante

Hélène Gagnon helene.gagnon@tc.tc
Publié le 15 octobre 2016

Le paysage est magnifique avec les couleurs d’automne.

©TC MEDIA

CHRONIQUE. Cette semaine, j’ai fait une magnifique découverte. Vous le savez j’adore la randonnée pédestre. Ça ne me dérange pas de marcher deux à trois heures en pleine forêt, mais à la fin de mon effort je dois avoir une récompense.

J’ai donc pris la route en direction de Saint-André afin d’aller parcourir la boucle du Sentier de l’Épouvante, une distance d’environ 7,2 km. Je trouve sympathique que le nom du sentier s’inspire du folklore local. J’ai même consulté le site de la municipalité afin d’en apprendre plus sur l’origine de cette appellation. J’avais fait la même chose au sujet du Sentier du Chouenneux à l’Ile-aux-Coudres.

Bref, le sentier a été inauguré, il y a environ une semaine. Je fais assez de randonnée pédestre pour le classifié intermédiaire à difficile. Le tracé du sentier est impeccable par contre. Il a été bien débroussaillé et bien balisé. La municipalité de Saint-André a entre ses mains un vrai petit bijou. La forêt est très diversifiée. On passe à travers une forêt de feuillus, par une forêt de conifères et on marche sur un tapis de mousse. Bref, on passe par divers milieux. On peut même observer une hutte de castor et leurs estacades. Tout simplement fascinant.

Des endroits comme ceux-là, il y en a très peu. Je sais que s’occuper de ce type d’infrastructure demande du temps et de l’argent, mais je souhaite que la localité poursuivre ses efforts. Je ne dois pas être la seule sur cette terre qui raffole de la randonnée pédestre en terrain plus difficile. L’accès au sentier est gratuit, tout comme le stationnement au Relais Saint-André. Il y a même un registre sur place afin de s’inscrire avant de s’aventurer sur le sentier. C’est donc une sortie abordable et sécuritaire.

Après environ 1h20 de marche, on a atteint le sommet à une altitude de 384 mètres. Le dénivelé du sentier est de 170 mètres. Laissez-moi vous dire que l’ascension en valait la peine surtout avec les couleurs de l’automne et le lac Saint-Jean. La vue était tout simplement magnifique. Pour la descente, deux options sont offertes. On peut refaire le même chemin ou descendre par une boucle plus courte qui nous conduit au cœur du village. La descente a pris environ 30 minutes. C’est toujours ce que je déplore de la randonnée pédestre, la descente est toujours trop vite.

Je voulais tellement profiter du moment, que j’avais proposé à mon accompagnateur d’apporter notre diner afin de manger au sommet. On aurait également pu partir plus tôt et revenir diner au Relais. Bref, ce ne sont pas les possibilités et les accommodements qui manquent pour les amateurs de randonnée. Après mon petit diner ultra santé et quelques gobelets de thé vert pour me réchauffer, car c’était venteux au sommet, nous sommes redescendus en direction du village.

Le sentier est génial. Il y a des ponceaux à quelques endroits plus humides, des tables à pique-nique à deux ou trois endroits, des escaliers afin d’atteindre le sommet et finalement un belvédère pour admirer le paysage. Franchement, Saint-André ne doit pas cacher ce sentier. Il mérite d’être découvert. Il reste encore plusieurs belles journées d’automne, alors chaussez-vous bien et aller découvrir le Sentier de l’Épouvante.