Mahikan Race : un podium tout québécois au Fat Eliminator


Publié le 4 février 2017

FATBIKE. Le Fat Eliminator est une compétition avec un nombre limité de coureurs. Le parcours est un mélange de descentes, petites montées et obstacles naturels. Il s’est déroulé en face de la Marina de Roberval, le samedi 4 février, le long d’un circuit très technique de neige, qui a été parcouru deux fois pour un total de 1 km.

Le Fat Eliminator est un défi très spectaculaire entre quatre coureurs à la fois où les deux derniers sont éliminés. Une grande technique et un mélange d’ardeur et d’acharnement ont caractérisé les quelque 20 athlètes qui ont pris le départ de cette édition. entraîner

Elliot Doyle, Samuel Tremblay et Victor Verreault, tous du Québec, sont montés sur le podium.

« Je suis normalement moins bon techniquement que ceux qui ont fait la finale avec moi. Ces derniers sont bons en montagne alors que je cours sur route. Mon entraînement m’a permis de la puissance. J’y suis allé à fond de train tout le long des deux tours de la finale. C’était la 4e fois que je le faisais en course et le circuit était mou », de nous avouer le champion Elliott Doyle à son arrivée.

En plus du cross-country prévu le dimanche 5 février dans le cadre de la seconde journée de la Mahican Race, il prévoit participer à une épreuve ,au mont Lac-Vert bientôt. Il désirait faire la traversée du lac Saint-Jean à vélo, mais il sera en semaine d’examen à l’université à ce moment. Le fatbike lui permet de poursuivre son entraînement en saison hivernale en prévision des courses sur route. Cependant, depuis deux ans, en compagnie d’amis, il s’est initié au vélo de montagne.

« Pour réussir, il nous faut toujours donner notre 150%, que ce soit sur route, en montagne ou en fatbike», a-t-il ajouté.

Anne-Julie Tremblay l’a emporté chez les dames. « Ma technique a consisté à suivre mon adversaire lors du premier tour et en jouant un peu du coude, car la piste était molle et n’offrait qu’une possibilité de dépassement. Je l’ai dépassée et j’ai gardé la tête jusqu’au fil d’arrivée. Je vais faire les autres courses pour le plaisir de m’entraîner. J’ai de plus en plus d’engouement pour le fatbike », a-t-elle avoué avant de monter sur la plus haute marche du podium.

Seul point négatif, il y avait peu de spectateurs pour assister aux différentes courses.