Un podium félicinois au Mahikan Race chez les maîtres


Publié le 5 février 2017

Robin Bouchard, Jonathan Dubois et Robin Bouchard.

©TC Media - Jean-Paul Asselin

FAT BIKE. Trois membres du club Velo2Max de Saint-Félicien sont montés sur le podium, le dimanche 5 février lors de la 3e édition du Mahikan Race en Fat Cross.

Le Fat Cross est une compétition de cross-country qui se déroule le long d’un circuit en boucle, principalement sur la neige ou sur le sable. Le circuit était d’une longueur comprise entre 3 et 5 km, qui a été répétée pour une durée d’une heure plus un tour. Le circuit était  caractérisé par des bosses, des descentes, des montées et des obstacles de toutes sortes.

Jonathan Dubois a mené la course en tête du début à la fin, imposant son rythme, devançant ses compagnons de club Jonathan Dallaire et Robin Bouchard. « Ce fut une super belle course. La piste était belle. Il fallait être prudent dans la grande descente. Je me prépare pour la Traversée du Lac », a commenté l’athlète.    

La classe élite fut l’affaire de Raphaël Gagné. Champion du monde en 2004, vice-champions du monde en 2009, il est le nouveau champion de cette classe en 2017. « Je ne pratique le fat bike que depuis un an. Je préfère le fat bike à la bicyclette stationnaire pour compléter mon entrainement en saison hivernale. C’est comme le vélo de montagne, mais dans la neige. Ceci me permet de garder la forme et de m’entrainer techniquement. Nous avions une très belle piste aujourd’hui et les conditions ont ramolli au fil des minutes. Dans la montée du départ, c’était mou, il nous fallait courir. Je suis au Québec pour encore trois semaines et je vais ensuite à Victoria, en Colombie-Britannique, avec l’équipe nationale. »  

Le jeune Émile Bouchard en compagnie de Jérôme Coppel.

©TC Media - Jean-Paul Asselin

Vedette montante sur le plan international, Victor Verreault de Saint-Félicien a terminé second. Selon les observateurs, on le verra très prochainement aux Olympiques ou au Championnat du monde. Le podium fut complété par Christian Gauvin. Ce dernier avait terminé second les deux éditions précédentes.

Chez les dames, Anne-Julie Tremblay a complété en tête, tout comme la veille, devançant Rébecca Beaumont et Séréna Tasca. Cette dernière avait hâte de retrouver la chaleur de son Italie.

Un jeune cycliste junior était particulièrement heureux en cette fin de semaine. Émile Bouchard de Roberval a pu rencontrer son idole. « Je ne croyais jamais rencontrer mon idole, Jérôme Coppel. C’est lui qui m’a incité à pratiquer le fat bike et il m’a remis un gilet à ses couleurs. Je lui ai promis de toujours le porter lors de mes compétitions. »  

Marco Camillioni, promoteur de la Mahikan Race, ne tarissait pas d’éloges pour cette 3e édition. Il s’est dit charmé par les paysages et la température hivernale de notre coin de pays. « Le héros que tout le monde adulait en Italie m’a fait découvrir votre pays. Il s’agit de Gilles Villeneuve. Le fat bike est appelé à prendre beaucoup d’expansion au Québec. Il est porteur de belles compétitions et éventuellement d’un circuit provincial ou national. C’est ce que nous cherchons à implanter. Les coureurs européens viennent s’y amuser. Il faut que beaucoup de monde se rencontre, clubs, coureurs, y compris les gouvernements afin de mettre en place des circuits. Le milieu médiatique relève de nous. Cette année, neuf pays sont représentés. On attire également avec les coureurs. La prochaine édition devrait encore apporter son lot de nouveautés », a-t-il ajouté avec un sourire en coin.  

Des montées difficiles.

©TC Media - Jean-Paul Asselin