Hommage aux fondateurs du Rallye des Loups


Publié le 19 mars 2017

Le premier président, René Baillargeon.

©TC Media - Jean-Paul Asselin

SNOCROSS. L’édition actuelle du Rallye des Loups de La Doré a rendu hommage à tous les présidents et directeurs qui se sont succédé au fil des éditions en dévoilant une plaque représentant chacun des bureaux de direction.

C’est une foule de plus de 300 personnes réunies au Centre Communautaire de l’endroit qui s’est spontanément levée et dans laquelle plusieurs anciens coureurs, directeurs et présidents se trouvaient pour remercier le travail accompli au fil des ans. 

Le premier président, René Baillargeon, se remémore les débuts du Rallye. « Je croyais à une telle activité. On était peu nombreux à imaginer une telle activité, un circuit de 100 km qu’il a fallu tracer. L’activité en forêt et terrains variés a duré pendant 17 ans. De jeunes coureurs ayant fait leur apparition et étant plus intéressés par la course telle le snocross qui prenait de l’ampleur, on a fait les deux compétitions la même année. Comme l’engouement était fort, on a opté, depuis, pour le snocross. »

Il poursuit : « J’éprouve une fierté immense de voir la continuité grâce aux bénévoles qui reviennent à chacune des éditions. Qui aurait cru que 25 ans plus tard, ce serait mon fils qui serait président de l’événement. »

De nombreux souvenirs refont surface et rappellent des événements des éditions passées. René Baillargeon en a relaté quelques-uns: l’année où Kenny Gunner est parti du dernier relais avec un patin viré complètement à l’envers, en disant « maintenant à la maison » dans un français moyen et qui avait remporté cette édition.

Steeve Girard qui avait percuté un arbre avec sa machine et qui avait quand même remporté la victoire. Les frères Allard qui ont marqué le Rallye, la famille Paré, les Jalbert, les générations de Asselin qui ont participé et créé celui-ci. 

Les soirées des champions dans l’aréna où l’on avait les trois machines des gagnants sur le podium avec l’élévation du vainqueur ont aussi marqué les mémoires.