Un titre musclé pour Alexandre Villeneuve

Un titre musclé pour Alexandre Villeneuve

Alexandre est heureux de ses derniers résultats. Il figurait même dans le Top 3 de la catégorie poids léger. Lors d’une compétition de culturisme, les juges recherchent une harmonie dans la musculature, et ce, des pieds à la tête.

Crédit photo : Photo Gracieuseté

Alexandre Villeneuve, de Saint-Félicien, repousse toujours ses limites. Passionné par les compétitions de culturisme, l’homme de Saint-Félicien a récemment décroché le titre de champion canadien, toutes catégories!

«Pour moi, une compétition ce n’est pas du paraître, c’est un dépassement de soi. Je dois travailler pendant des mois afin de définir tous les muscles de mon corps.»

Alexandre souligne que sa pratique est entièrement naturelle. Enseignant en éducation physique auprès des jeunes, il souhaite faire une démonstration positive de sa passion.

«Je dis aux gens que, pour être en santé, il faut bouger et bien manger. Je ne ferai donc jamais usage de substances. Je suis passionné de musculation. Je veux me dépasser, mais je tiens d’abord à mes valeurs.»

Préparation

En vue d’une compétition, Alexandre s’entraîne pendant plusieurs mois et suit un programme alimentaire bien précis.

Pour participer à ses deux dernières compétitions, en juillet et en octobre, Alexandre a commencé son entraînement en janvier.

«En préparation, je m’entraîne cinq jours par semaine et deux fois par jour. Mon objectif est de me dépasser personnellement. Je ne fais pas ça pour rivaliser avec d’autres, mais afin d’avoir toujours une musculature plus parfaite qu’à la compétition précédente.»

Alexandre suit les conseils de son entraineur Denis Pedneault.

La force mentale

Alexandre Villeneuve s’est classé en première position dans la catégorie poids lourds en juillet. Pour la compétition d’octobre, celui-ci a modifié son alimentation afin de se surpasser sur le plan physique.

Les résultats étaient là, car le culturiste s’est classé en première position, et ce, dans la classe toutes catégories.

«Il y a quelques entraîneurs dans la région. De mon côté mon entraîneur réside à l’extérieur de la région, alors je le vois peu. J’ai aussi décidé de m’entraîner chez moi, à la manière un peu old school, en utilisant principalement des haltères.»

«Je dois donc faire preuve d’une grande motivation pour atteindre mes objectifs en vue d’une compétition.»

Atteindre les sommets, et ce, en n’ayant pas un entraîneur à portée de main, ni l’effet de camaraderie du gym, ni tous les équipements d’un gym, tout cela fait en sorte qu’Alexandre est particulièrement satisfait de son accomplissement. Non sans raison.