Photo de Jean Tremblay
Par Jean Tremblay
Les mesures annoncées la semaine dernière par Patrice Boivin a rapidement fait réagir le ministre de l’Éducation Bernard Drainville. Mercredi les deux dirigeants se sont rencontrés pour trouver des pistes de solution, principalement en ce qui concerne la fermeture éventuelle de classes de maternelle 4 ans. (Photo archives)

Le DG du Centre de services scolaire du Pays-des-Bleuets rencontre le ministre de l’Éducation

Mercredi en fin de journée, le directeur général du Centre de services scolaire du Pays-des-Bleuets (CSSPB), Patrice Boivin a rencontré le ministre de l’Éducation, Bernard Drainville, à propos de la réorganisation des services qui a été annoncée la semaine dernière.

Ce fut l’occasion pour le DG du CSSPB de faire part au ministre des enjeux auxquels son organisation fait face pour les dix prochaines années en lien avec la pénurie de main-d’œuvre, un problème criant pour son organisation.

Le ministre a parlé des mesures qui n’étaient pas souhaitées par son ministère, comme la fermeture d’écoles, afin de ne pas fragiliser davantage les petits milieux du nord du Lac-Saint-Jean.

Maternelle 4 ans

La réduction de groupes de maternelle 4 ans fut également l’objet de discussions entre les deux hommes.

Ils se sont entendus sur la mise en chantier de travaux qui seront réalisés entre les représentants du Centre de services scolaire et du ministère de l’Éducation pour tenter de trouver une alternative.

« J’ai réitéré au ministre que notre centre de services scolaire souscrit entièrement aux priorités gouvernementales quant à l’importance de l’Agir tôt. D’ailleurs, au cours des dernières années, notre organisation s’est fait un devoir d’implanter le plus grand nombre possible de classes de maternelle 4 ans », a commenté Patrice Boivin à la suite de la rencontre.

Ressources qualifiées

« S’il s’avère que la réduction du nombre de groupes demeure la seule solution dans l’immédiat, j’ai exprimé mon intention de rouvrir ces classes plus tard et de poursuivre l’implantation dès que des ressources qualifiées en enseignement et en éducation spécialisée seront disponibles. Aussi, il est important de rappeler que la diminution des groupes ne touche pas les milieux défavorisés », a précisé le DG.

« Nous sommes ouverts à explorer toutes les pistes de solutions. Le but ultime demeure, encore une fois, d’avoir un enseignant qualifié ou en voie de le devenir devant chaque classe de chaque établissement », ajoute Patrice Boivin.

Rencontre satisfaisante

Le directeur général du Centre de services scolaire du Pays-des-Bleuets se dit plus que satisfait de la rencontre avec le ministre de l’Éducation.

« Nous avons eu des échanges de qualité pendant lesquels j’ai pu confirmer au ministre que notre CSS s’est toujours fait un devoir de respecter ses obligations d’informer le ministère lorsque la situation le requiert. J’ai aussi accepté les excuses du ministre pour les propos qu’il a tenus à mon égard », a conclu le DG du CSSPB.

Partager cet article