Camps de jour : les municipalités se préparent

Louis Potvin, journaliste de l'Initiative locale de journalisme
Camps de jour : les municipalités se préparent
(Photo : Gracieuseté)

Toutes les municipalités de la MRC du Domaine-du-Roy se préparent en vue d’offrir des camps de jour aux enfants. Pour certaines municipalités, elles ne seront pas en mesure d’accueillir autant de jeunes que par le passé.

En effet, les mesures proposées dans le guide de relance des camps en contexte de Covid-19 préparé par l’Association québécoise en loisir municipal change les ratios animateur-jeunes. Ils ont coupé de moitié par groupe d’âge. À titre d’exemple, au lieu qu’un animateur supervise 8 jeunes âgés de 3 à 4 ans, il s’en occupera de 4.

« La volonté du conseil de Saint-Félicien est d’offrir des camps. On se prépare en fonction des nouvelles normes tout en accueillant autant de jeunes que l’an dernier, soit autour de 160 », mentionne la responsable, Marjorie St-Gelais.

Par contre, il reste à négocier avec la commission scolaire pour obtenir la permission d’utiliser des écoles, car en raison des mesures de distanciation, les camps devront se faire à plus d’un endroit.

À Saint-Félicien, on est en mesure d’embaucher plus d’animateurs et le prix demandé va demeurer identique, même si le service coûtera plus cher cette année.

Roberval

À Roberval, on ne sera pas en mesure d’accueillir autant de jeunes que par les années passées.

« En raison des mesures imposées, de la réduction des ratios et de la difficulté à recruter plus d’animateurs, nous devrons nous limiter à accueillir environ 80 jeunes, soit la moitié de l’an dernier. La sélection va rester à déterminer, mais on va demander aux familles qui sont en mesure de garder leurs enfants de le faire pour laisser les places à ceux qui en ont besoin », exprime le maire, Sabin Côté.

Environ, 15 animateurs seront nécessaires pour offrir le service. La ville est en pourparlers avec la commission scolaire afin de pouvoir utiliser les installations de la Cité étudiante, ce qui permettrait de centraliser les camps et profiter des infrastructures à proximité comme les terrains de soccer, de baseball et l’aréna.

Petites localités

Les petites localités de la MRC se préparent également. À La Doré, on sera en mesure d’accueillir 30 jeunes, soit le même nombre que l’an dernier. L’accès à l’aréna et au centre communautaire facilite le respect des règles de distanciation. De plus, on a reçu des subventions salariales pour les animateurs.

À Chambord, comme on a moins d’espace de disponible, on a dû se résigner à réduire le nombre de jeunes qui pourront avoir accès au camp, soit de 25 à 28 au lieu de 50. La formule du premier arrivé-premier servi risque d’être priorisée.

 

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des