Conseil d’administration des CPE : les postes durs à combler

Photo de lauriegobeil
Par lauriegobeil
Conseil d’administration des CPE : les postes durs à combler

<![CDATA[

IMPLICATION. Les parents dont les enfants fréquentent des Centres de la petite enfance s’impliquent rarement au sein du conseil d’administration, un constat qui semble se remarquer sur l’ensemble de la région.

Dans les mois de mai et juin, les CPE tiennent normalement leur assemblée générale annuelle. Signe que l’implication des parents est déficiente, on a du mal à atteindre ne serait-ce que le quorum lors de ces réunions durant lesquelles on présente tout de même les états financiers et autres bilans importants.

Si les postes vacants sont difficiles à combler une fois un mandat complété selon les échéanciers (deux ans), il en va de même lorsqu’un parent quitte avant la fin de son mandat. Il n’est pas rare alors que le poste demeure vacant jusqu’à l’assemblée.

«Ça ne fait pas la file pour combler les postes ou assister aux réunions. Ce qui se voit c’est le bouche-à-oreille. Quelqu’un part et en parle avec une personne. Les personnes tentent de se trouver des remplaçants de cette façon, sachant qu’autrement il sera difficile de trouver des parents ayant le désir de s’impliquer», explique le président du Regroupement des Centres de la petite enfance au Saguenay–Lac-Saint-Jean, Serge Boily.

Ce dernier remarque que les parents s’investissent dans les loisirs ou les sports que va pratiquer leur enfant, mais qu’ils ne le feront pas pour leur CPE.

Selon lui, les jeunes parents sont de nos jours très occupés ce qui explique en partie le phénomène. «Ça peut aussi vouloir dire que les gens sont satisfaits de la gestion interne», ajoute-t-il.

Des actions limitées

Encadrés par le gouvernement, les conseils d’administration ne peuvent toutefois modifier qu’une partie de la gestion interne, le reste devant correspondre aux exigences gouvernementales.

«Contrairement à dans une petite association où le parent à des tâches à remplir dans un CPE on ne peut pas tout changer. Il y a aussi le syndicat à respecter. Pour certains parents ça peut être un irritant», précise-t-il.

]]>

Partager cet article