Conseils de psychologues : Vivre dans le moment présent

Louis Potvin
Conseils de psychologues : Vivre dans le moment présent

Pour réduire l’anxiété liée à la COVID-19, il faut vivre dans le moment présent, garder une bonne hygiène de vie et s’occuper.

L’équipe de psychologues de la clinique un Psy coup de pouce de Roberval a partagé quelques pistes de solutions pour passer à travers le confinement volontaire et l’inquiétude que peut créer la crainte d’attraper le coronavirus.

« Il faut s’adapter à cette nouvelle situation, à cet inconnu. Et l’inconnu est générateur d’anxiété. Et avec le temps, on va s’adapter et y voir des avantages à cette nouvelle réalité. Mais il ne faut pas regarder trop loin et être dans le ici-maintenant », lance Chantale Hamel.

L’importance est de voir les bons côtés de la situation et essayer de ne pas penser aux éléments qui peuvent provoquer de l’angoisse, comme le manque d’argent et la peur d’être contaminé.

« Nous avons du temps! C’est précieux. Nous avons une pause volontaire sur notre vie effrénée. Il faut en profiter. Ça peut nous faire du bien. Par contre, il est important de maintenir une bonne hygiène de vie. Bouger, bien manger et bien dormir », ajoute pour sa part, Valérie Gagnon.

Au ralenti

C’est un peu un éloge à la lenteur que proposent les psychologues. Prendre du temps pour soi. S’intérioriser. Lire un livre. Regarder les séries qu’on n’a pas eu le temps de voir. Faire des activités en famille. Lancer des défis à nos ados et aux plus jeunes.

« Pourquoi ne pas leur proposer des activités manuelles comme peinturer la chambre qu’on attendait de faire, ça va les valoriser. Ou montrer à cuisiner à nos plus jeunes. »

L’activité physique est très bénéfique dans les circonstants, car elle permet de sécréter des endorphines.

« Il faut bouger tous les jours. Sur notre territoire, nous avons de l’espace, c’est donc facile de marcher ou de courir et le vélo s’en vient », souligne Chantale Hamel.

Rester en contact

Il est aussi important de garder le contact avec nos amis et la famille. Avec tous les moyens à notre disposition, il est possible de communiquer comme si on y était.

Aussi, il ne faut pas se couper des services disponibles. Plusieurs se sont adaptés à la situation.

C’est d’ailleurs le cas de la Clinique qui offre ses services avec l’aide des nouvelles technologies. Les consultations se font à distance par Skype, Facetime ou Messenger.

« Et pour certains, ça fonctionne encore mieux. Les jeunes s’ouvrent plus assis sur le lit dans leur chambre en pyjama. C’est une adaptation. »

Dernier conseil, ne pas trop écouter les informations. Aller chercher le plus important une fois par jour et ne pas se scotcher devant la télé ou l’internet pour ne pas lire tout ce qui s’écrit sur la COVID-19.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires