Des arbres et arbustes pour le bien-être des vaches

Photo de Louis Potvin
Par Louis Potvin
Des arbres et arbustes pour le bien-être des vaches

À la Ferme au Gré des saisons, tout est mis en place pour dorloter les vaches afin d’avoir le meilleur lait biologique possible.

C’est principalement parce que son père Jocelyn Potvin avait pris le virage bio que Gilles a décidé de prendre la relève de l’entreprise. Depuis, il ne cesse d’innover pour améliorer la productivité et faire des aménagements pour le bien de son troupeau.

La dernière en date est la plantation de bandes d’arbres fruitiers (pommiers, pruniers, poiriers, etc.) et d’arbustes pour séparer les champs. Un projet-pilote élaboré avec le Cégep de Saint-Félicien et financé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

« À terme, quand les arbres vont être plus gros, les vaches vont avoir de l’ombre. De plus, on va pouvoir faire la récolte de petits fruits et ça améliore la biodiversité, car ça attire des espèces d’oiseaux. C’est en voyage en Sicile, quand j’ai vu des vaches sous les oliviers, que ç’a confirmé la pertinence du projet », souligne Gilles Potvin.

Gilles Potvin a pris la relève de son père Jocelyn parce que la ferme était biologique.(Photo Trium Médias – Louis Potvin)

De plus, en réalisant ces aménagements, ils serviront de brise-vent et la terre demeure plus humide. Un élément important si les épisodes de sécheresses augmentent dans le futur.

Vaches dehors

Grâce à ces aménagements, Gilles ceinture des parcelles afin que les vaches puissent brouter le pâturage avant qu’il ne devienne à maturité.

« Le taux de protéine est plus élevé et ça fait que la plante se renforce et prend de l’expansion par la suite. Dans le fond, je m’arrange pour que les vaches fassent le travail de fauchage, ce qui réduit de beaucoup les coûts de cette opération. Il y a donc une rotation de 7 à 8 fois dans l’année sur chaque parcelle. »

Dans quelques jours, les vaches vont se retrouver pratiquement jour et nuit à l’extérieur. Elles ne vont rentrer que pour la traite, moment où l’on change l’endroit de pâturage. Ensuite, elles vont passer la nuit à la belle étoile profitant de la fraiche.

Suivi serré

La Ferme au Gré des saisons est la première dans la région à faire une expérimentation de plantation de bandes d’arbres et d’arbustes dans les champs . (Photo Trium Médias – Louis Potvin)

« Le biologique demande beaucoup d’attention et de prévention. On ne peut pas dire, je fais du bio et je laisse ça aller. Il faut être performant et voir comment on peut optimiser le tout en s’assurant du bien-être animal. »

C’est pour cette raison que chaque vache possède un moniteur. Des données sont envoyées dans son téléphone cellulaire et il peut détecter rapidement si une bête est malade.

Bien que Gilles milite pour le biologique, il pense que ce ne sont pas tous les producteurs qui sont prêts pour ce virage.

« Il ne faut pas mettre de pression aux producteurs. Il faut que ça vienne d’eux. Même si tu es dans le conventionnel, tu peux laisser tes vaches dehors et t’inspirer de certains éléments du bio ».

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des