Des élus se mobilisent autour du Publisac

Photo de Louis Potvin
Par Louis Potvin
Des élus se mobilisent autour du Publisac

Des maires, préfets et élus de partout au Saguenay-Lac-Saint-Jean ont pris position en faveur du maintien du système de distribution actuel du Publisac alors que cette question est abordée à Montréal. La préservation des emplois est au cœur de leur argumentaire.

Dolbeau-Mistassini a notamment donné le ton en adoptant une résolution qui fait état des retombées du Publisac et dans laquelle les élus se prononcent en faveur du maintien de la distribution du produit selon les modalités actuellement en place.

La résolution, qui a été transmise à d’autres municipalités, à la Ville de Montréal et au ministère des Affaires municipales, énonce un certain nombre d’éléments qui mettent en lumière l’impact du Publisac au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Entre autres, on y souligne qu’une diminution drastique de la production du Publisac aurait une incidence sur la demande des produits du secteur des pâtes et papiers, une industrie fortement implantée dans la région et génératrice d’emplois bien rémunérés.

Côté environnemental

On rappelle également qu’aucun arbre n’est coupé strictement pour la fabrication de papier, mais que la matière première (les copeaux) est plutôt un résidu du sciage pour la production de bois d’œuvre. Les copeaux constituent d’ailleurs un sous-produit d’importance pour la rentabilité des scieries.

« Les gens doivent démêler écologie et environnement! L’utilisation des copeaux pour en faire du papier est probablement le plus bel exemple de geste pour l’environnement alors qu’on donne de la valeur à un résidu en fabriquant un produit qui peut être recyclé », a déclaré le maire de Roberval, Sabin Côté.

Produit apprécié

Enfin, la résolution rappelle que le Publisac est conçu à l’aide de matériaux recyclés et recyclables et constitue un vecteur pour la diffusion d’information médiatique et publicitaire.

« Ce qu’on a comme information, c’est que le système de distribution en place fonctionne très bien et que le produit est apprécié des gens. Si le système changeait et que l’entreprise devait obtenir l’autorisation des gens pour le distribuer, ce serait une autre paire de manches. Il faut que l’entreprise puisse prévoir le nombre de sacs », a fait valoir le maire de Dolbeau-Mistassini, Pascal Cloutier.

De son côté, le maire de Saint-Félicien, Luc Gibbons, rappelle que le Publisac permet de distribuer les journaux locaux comme l’Étoile du Lac.

« Ça pourrait mettre en péril notre information locale. Aussi, il s’agit d’une autre tuile pour notre industrie forestière qui est fragilisée par le plan de protection du caribou forestier, la chute des prix, la hausse des coûts de la fibre et le conflit avec les Américains. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des