Des excuses tardives, mais bien accueillies

Photo de Yohann Harvey Simard
Par Yohann Harvey Simard
Des excuses tardives, mais bien accueillies

Le Katakuhimatsheta (conseil des élus) de Mashteuiatsh réagit aux excuses officielles prononcées par les évêques catholiques du Canada, qui étaient réunis en assemblée plénière le vendredi 24 septembre dernier.

Très attendues, ces excuses arrivent un peu tard selon le chef du conseil, Gilbert Dominique. Néanmoins il salue l’initiative, estimant que la volonté exprimée par les évêques catholiques du Canada apparaît sincère et prometteuse.

« En ce qui concerne la communauté que je représente, nous sommes ouverts à accepter les excuses des évêques catholiques du Canada, mais d’aucune façon nous n’accepterons qu’il s’agisse d’une fin en soi; les blessures sont beaucoup trop vives et profondes. Il faut que ces excuses constituent un premier pas vers la réconciliation », a-t-il affirmée par voie de communiqué.

Par ailleurs, la Commission des évêques catholiques du Canada a signalé son intention d’octroyer 30M$ « pour soutenir les initiatives de guérison et de réconciliation pour les survivantes et survivants des pensionnats indiens, leurs familles et leurs communautés. » Une visite au Vatican est également prévue en décembre prochain pour les représentants de ces institutions. Suite à quoi il est question que le pape François fasse une visite en terres canadiennes.

Rappelons que durant de nombreuses années à Mashteuiatsh, un pensionnat indien et des écoles élémentaires étaient sous la responsabilité du gouvernement fédéral. L’enseignement avait notamment été confié aux Oblats de Marie-Immaculée et aux religieuses de la congrégation Notre-Dame-du-Bon-Conseil. L’établissement a été fréquenté par des centaines de jeunes Ilnus, Atikamekw et autres.

 

Partager cet article