D'Origina part à la conquête du monde

Par Daniel Migneault
D'Origina part à la conquête du monde

<![CDATA[

La Coopérative forestière de Girardville voit grand avec sa gamme de produits d’Origina. Avec sa gamme d’huiles essentielles, on vise non seulement le marché local, mais aussi la clientèle internationale.

Déjà, d’Origina a conclu des ententes avec des clients en Allemagne et en France. Mais grâce au nouveau site Internet www.dorigina.com, on estime être en mesure de rejoindre une plus vaste clientèle.

Pour l’instant, d’Origina se concentre sur les essences les plus populaires tirées à même la forêt boréale, soit le thé du Labrador, l’épinette noire, le sapin baumier et la verge d’or. Les huiles sont extraites ici et expédiées en vrac aux acheteurs qui les transforment. Ces huiles peuvent servir pour différents médicaments ou encore pour des produits de beauté.

Les produits d’Origina représentent une véritable valeur ajoutée pour la coopérative. Par exemple, pour produire 350 kilogrammes de thé du labrador, il faut 80 000 kilogrammes de feuilles. Donc, cela permet de donner du travail à bien des gens.

D’ailleurs, le directeur général de la Coopérative forestière de Girardville, Jérôme Simard.lance un appel à tous le milieu à travailler ensemble pour mettre en valeur les produits de la forêt. La Coopérative forestière de Girardville est prête à travailler avec quiconque à de bonnes idées de développement.

« Comment créer et maintenir des emplois à long terme? En préservant les ressources à long terme. C’est notre philosophie. Ce ne sont pas des paroles en l’air. On a l’obligation de travailler de cette manière », mentionne Jérôme Simard.

C’est un peu un retour vers le passé pour la coopérative. En 1979, une crise forestière a frappé et les huiles essentielles ont été une planche de salut pour des travailleurs forestiers qui ont créé la Coopérative forestière de Girardville. Par la suite, elle a diversifié ses activités et revient maintenant en force en développant cette valeur ajoutée.

En plus des huiles essentielles, d’Origina met en marché 14 variétés d’épices produites à partir des essences de la forêt boréale.

Commandite

Par ailleurs, d’Origina devient le commanditaire principal de l’équipe Uapukun des Sables qui prendra part au Trophée Roses des sables. Claudie Robertson, qui est originaire de Mashteuiatsh, et Monique Vézina de Montréal se réjouissent de l’appui de la coopérative qui se chiffre aux alentours de 5000 $.

« Elles vont relever tout un défi. On peut comparer cela au lancement d’Origina, qui s’est lancé le défi de développer quelque chose qui n’existait pas. Par nos implications originales, on souhaite s’associer à des gens qui ont des valeurs similaires aux nôtres », explique M. Simard.

Pour Claudie Robertson, c’est une autre façon de se dépasser. « J’ai dû traverser la maladie. Je me suis ensuite interrogée à savoir si j’avais des rêves. Cette épreuve m’a remis les valeurs à la bonne place », mentionne-t-elle.

]]>

Partager cet article