Employés de garage : on se questionne sur les demandes de désaffiliation

Employés de garage : on se questionne sur les demandes de désaffiliation

<![CDATA[

DÉSAFFILIATION. Abordant la demande de désaffiliation logée le 8 avril dernier par une quarantaine de syndiqués employés de quatre concessionnaires automobiles, le trésorier CSD Serge Tremblay se questionne sur cette décision.

« Ces salariés n’avaient sans doute pas mesuré l’impact de leur geste et ils envisagent de reconsidérer leur décision et de maintenir leurs engagements dans le cadre du pacte de solidarité unanimement adopté par les membres SDEG-CSD Saguenay-Lac-Saint-Jean. »

Cette démarche entreprise vise à joindre un autre syndicat nouvellement créé, le Syndicat des opérateurs et des employés de service du Québec, qui est une section de l’Union des opérateurs de machinerie lourde, local 791, affilié à la FTQ.

« C’est un syndicat qui ne possède aucune expertise dans le secteur des services automobiles. Comment peut-on décider de marauder un syndicat qui a subi le plus long lock-out de l’histoire récente du syndicalisme québécois? Comment peut-on contribuer davantage à affaiblir les membres du Syndicat démocratique des employés de garage CSD Saguenay-Lac-Saint-Jean? C’est une décision grandement questionnable au plan syndical », de conclure Serge Tremblay.

Dans l’un des quatre dossiers, la demande de désaffiliation serait une initiative de deux aviseurs, dont l’un a finalement refusé de signer. Dans les trois autres cas, ce serait l’Union des opérateurs des employés de service du Québec, le local 791 de la FTQ, qui aurait pris contact avec les employés. Ils ont alors décidé de faire du maraudage. Une discussion a été engagée avec le président de la FTQ Daniel Voyer et ce dernier est intervenu auprès du local 791. Une réunion est prévue avec leurs membres au cours des prochains jours.

Rappelons que les garages en question sont Rocoto ltée du Boulevard du Royaume Ouest et Léo Automobile ltée du Boulevard Talbot à Saguenay de même que L.G. Automobile ltée du Boulevard Marcotte à Roberval et Alma Toyota inc. de l’Avenue du Pont Sud, à Alma. Quelque 55 travailleurs syndiqués seraient ainsi concernés.

]]>

Partager cet article