En vue des élections de 2022 : Des dossiers à concrétiser pour Nancy Guillemette

Serge Tremblay
En vue des élections de 2022 : Des dossiers à concrétiser pour Nancy Guillemette

À un peu moins d’un an des prochaines élections provinciales, la députée de Roberval, Nancy Guillemette, entend bien être sur les rangs. Et elle souhaite voir quelques dossiers se concrétiser d’ici la fin du présent mandat.

« Les élections sont prévues pour le 3 octobre, dans moins d’un an. Je suis effectivement intéressée à être à nouveau candidate pourvu que la santé soit toujours bonne. La pandémie a un peu déjoué les choses et il y a des dossiers qui m’interpellent », lance la principale intéressée.

Parmi les enjeux qu’elle entend avoir à l’œil, la desserte en Internet haute vitesse occupe le haut du pavé. Il s’agit d’ailleurs d’un engagement qu’avait pris la députée au moment de son élection.

« Pour moi, c’est un gros dossier. Il y a eu des annonces et on a dit qu’on brancherait les résidences pour l’automne 2022. Je garde le cap et j’entends surveiller cela de près, c’est un service d’importance pour la population. »

Décentralisation

Nancy Guillemette se sent aussi interpellée quant aux promesses de décentralisation de postes de fonctionnaire vers les régions avancées par le gouvernement de la CAQ.

« Ce n’était pas des paroles en l’air, assure-t-elle. Il y a un plan qui sera déposé très bientôt et qui précisera les choses. Nous avions promis 5 000 postes en 10 ans, alors il faudrait atteindre les 2 000 d’ici l’an prochain. J’entends me positionner comme chien de garde pour s’assurer que notre comté ait la part qu’il mérite, que ça ne soit pas seulement décentralisé vers Saguenay! »

Parallèlement, la décentralisation en matière de soins de santé retiendra aussi l’attention de la députée, un enjeu qui préoccupe les deux MRC du comté de Roberval.

Garderies

Les places en garderie sont le cauchemar de plusieurs parents. L’offre n’est pas suffisante pour répondre à la demande, ce qui laisse plusieurs familles dans une situation inconfortable.

« Il y a eu de belles annonces. Il y a cinq projets de garderie, peut-être six, avec le programme que j’avais mis en place, en plus des places qui ont été annoncées par le ministre. J’espère que l’on pourra continuer à améliorer la situation d’ici la fin du mandat. »

Partager cet article