Étienne Jacques passe ses messages sur le nouveau partenariat

Photo de fparadis
Par fparadis
Étienne Jacques passe ses messages sur le nouveau partenariat

<![CDATA[

CONFÉRENCE. Oui, le projet Alma II fait toujours partie du Top 5 des intentions de Rio Tinto; oui, le déversement d’aluminium chinois sur le marché mondial nuit à l’ensemble de l’économie; oui, les récentes restructurations régionales de Rio Tinto ont pour but d’assurer la viabilité à long terme de l’entreprise; oui, Rio Tinto est ici et va continuer à faire des affaires ici.

Étienne Jacques, chef des opérations Métal primaire, a séduit un auditoire d’une centaine de gens d’affaires lors de son passage ce vendredi MIDI devant la Chambre de commerce et d’industrie de Lac-Saint-Jean-Est, à Alma.

Notamment, il a touché à presque tous les grands sujets d’intérêt en insistant notamment sur le nouveau partenariat que l’on doit créer entre Rio Tinto Aluminium et la région à cette nouvelle époque.

« Le point majeur de ma conférence, on parle de partenariat. Celui des années 50 et 60, ce n’est plus le partenariat d’aujourd’hui, car le monde a changé. On a une belle région, on est toujours là après 90 ans et on veut être encore là des décennies. Ça serait quoi la méthode de travail que l’on devrait tous avoir entre les différents intervenants pour discuter mais par la suite, sortir enfin et finalement avec un message unique: on veut tel projet, on veut telle chose et on a réglé nos problème à l’interne avant de le demander », a résumé Étienne Jacques, à l’issue de sa conférence.

Contexte

Étienne Jacques a longuement expliqué les changements du marché de l’aluminium, dont l’arrivée en 2014 de l’aluminium en provenance de la Chine, un changement qui a bouleversé les marchés et qui fait en sorte que le prix du métal gris stagne et ne veut pas remonter.

« On n’est pas dans un creux de vague comme on a déjà vu; on est devant une transformation fondamentale du marché, qui est là pour durer », affirme Étienne Jacques.

Au prix actuel (autour de 1600 $US la tonne) quelque 33 % de la production mondiale d’aluminium se fait à perte. Si les prix baissent encore un peu et atteignent quelque 1400 $ US, ce qui est un scénario très probable, 75 % des usines du monde tourneront à perte. C’est donc trois usines sur quatre qui vont perdre de l’argent.

« La région est en mesure de traverser cette profonde transformation du marché de l’aluminium, mais on doit s’adapter, et vite. Nous avons un atout précieux. Nous en sommes tous bien conscient, c’est l’accès à l’énergie propre de la région. C’est au cœur de notre présence en tant qu’industrie dans la région. Et on va le dire, il s’agit d’un avantage très important », insiste le chef des opérations.

Messages

Étienne Jacques a profité de la tribune pour lancer des messages très clairs aux intervenants économiques et politiques.

Il avait notamment en tête deux dossiers fondamentaux pour l’avenir de l’entreprise dans la région,

D’abord le renouvellement du décret du programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean où Rio Tinto espère une collaboration du public pour que le tout se passe bien.

« C’est certain que l’on aurait aimé encore plus de discussions et d’échange, notamment avec les élus », a notamment lancé Étienne Jacques en relation avec la démarche parallèle entamée par les trois MRC du Lac Saint-Jean dans ce dossier.

Également, Rio Tinto espère une conclusion rapide pour obtenir toutes les autorisations pour l’agrandissement de son site d’entreposage de résidus de bauxite à Saguenay, en relation directe avec la survie de l’usine Vaudreuil.

]]>

Partager cet article