Fibrek investit pour la formation de sa main-d'œuvre

Fibrek investit pour la formation de sa main-d'œuvre

<![CDATA[

La compagnie Fibrek, anciennement SFK Pâte, et le gouvernement ont annoncé conjointement un investissement total de 5,5 M$ afin de former quelque 290 employés de l’usine de Saint-Félicien et du siège social situé à Longueuil.

C’est le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre du Travail, Sam Hamad, qui en a fait l’annonce vendredi dernier en compagnie du chef de la direction de Fibrek, Pierre-Gabriel Côté. Le gouvernement et Fibrek participent à parts égales au projet en investissant 2,7 M$ chacun.

L’objectif principal de cette annonce est d’assurer le transfert des connaissances et le renouvellement de la main d’œuvre permettant ainsi à Fibrek de demeurer compétitif sur le marché mondial des pâtes et papiers.

Fibrek fait présentement face à une vague de retraites alors que 33 employés affectés aux opérations de l’usine ont quitté dernièrement. Plusieurs ont passé leur vie à effectuer la même tâche. Ils connaissent donc tous les trucs de métier. Malheureusement, ces informations ne sont pas partagées lors du départ à la retraite comme l’explique Pierre-Gabriel Côté : « Les opérateurs ont des façons de faire personnelles qu’ils gardent dans un calepin noir. On veut qu’ils sortent leur calepin et qu’ils partagent leur expertise et on va choisir la meilleure et en faire une standardisation », lance M. Côté.

Le chef de la direction souligne que le marché dans lequel évolue Fibrek est extrêmement difficile : « La pérennité et la croissance de notre organisation demeurent liées à notre capacité d’innover. Elles reposent avant tout sur le talent, le savoir-faire et l’expertise de notre équipe. Nous avons fait le choix de miser sur nos employés en déployant une formation et un programme d’excellence destinés à rehausser nos compétences et à accroître notre productivité. De cette manière, nous pourrons nous adapter au marché ainsi qu’au dollar canadien plus rigoureux face à la devise américaine », explique M. Côté.

Investir dans la formation

Le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre du Travail, Sam Hamad, est convaincu que l’avenir de plusieurs industries, comme les pâtes et papiers, passe par la formation et l’optimisation des compétences : « Notre gouvernement vise à soutenir la compétitivité à long terme de la papetière de Saint-Félicien afin d’en assurer la pérennité et ainsi protéger les emplois des travailleurs. Dans un contexte de mondialisation des marchés, le développement et la reconnaissance des compétences demeurent une richesse inégalée pour les entreprises comme Fibrek, qui cherchent à être plus efficaces, compétitives et prospères », lance le ministre.

Cet investissement de 2,7 M$ du gouvernement a été obtenu par l’entremise d’Emploi-Québec et de son programme Projets économiques d’envergure. Cette annonce fait suite à une analyse en profondeur de l’organisation de la formation des employés effectuée par Fibrek en collaboration avec Emploi-Québec.

]]>

Partager cet article