Forêt: un plan vert pour créer des emplois

Photo de Yohann Harvey Simard
Par Yohann Harvey Simard
Forêt: un plan vert pour créer des emplois
Selon une étude, la valorisation du secteur forestier aurait des impacts positifs sur l'environnement. (Photo : tirée de Unsplash)

La mise en valeur de la forêt pourrait générer plus de 1700 emplois au Saguenay–Lac-Saint-Jean d’ici 2031, soit une augmentation de 22,3%.

C’est que révèle une étude qui a servi de base à l’élaboration de huit propositions annoncées par les députés bloquistes de Jonquière et de Lac-Saint-Jean, Mario Simard et Alexis Brunelle-Duceppe, pour la relance de l’industrie forestière.

De ces 1700 emplois, 74% seraient créés en lien avec la maximisation de la transformation des volumes déjà récoltés, alors que les 26% restants seraient tributaires de l’accroissement des volumes de coupes. Les bénéfices et les emplois seraient répartis dans les secteurs de première, deuxième et troisième transformation.

Bénéfique pour le climat

L’étude démontre également que la valorisation du secteur forestier aurait des impacts positifs sur l’environnement. En effet, lorsque comparé à l’acier ou le béton, l’usage du bois dans la construction d’habitations permet de séquestrer une quantité beaucoup plus importante de Co2.

De plus, la valorisation des résidus forestiers permettrait d’accroître la production de biocarburants. Si bien que d’ici 2031, cela pourrait représenter de 20 à 30% du total de l’objectif québécois de réduction des gaz à effet de serre.

En ce sens, la première proposition qui a été faite consiste en la mise en place d’une politique d’approvisionnement public qui favorise l’utilisation des produits du bois, notamment en établissant l’empreinte carbone comme critère d’octroi des contrats.

Plus d’investissements

Les députés exhortent le gouvernement fédéral à investir davantage dans le secteur forestier, qu’ils jugent souvent délaissé au profit de l’industrie pétrolière et gazière.

« Dans les quatre dernières années, le gouvernement fédéral a investi 24G$ dans les industries pétrolières\gazières, dont 17G$ francs. Pour la même période, ce sont 950M$ qui ont été investis dans l’industrie forestière, dont environ 75% de cette somme ont été accordés en prêts », déplore Mario Simard.

Bien qu’elles soient plus spécifiques, les autres recommandations s’articulent essentiellement autour des besoins considérables du secteur forestier en termes d’investissements.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires