Granules LG International Inc déclare faillite

Granules LG International Inc déclare faillite

<![CDATA[

ÉCONOMIE.Depuis le 19 décembre 2014, l’entreprise Granules LG International Inc de Mashteuiatsh est officiellement en faillite. La première assemblée des créanciers se déroulera au palais de justice de Roberval le vendredi 16 janvier, à 11 heures.

L’usine de Saint-Félicien n’est pas touchée par cette situation.

Rappelons que l’entreprise avait déposé le 4 août 2014 un avis d’intention de faire une proposition en vertu de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité à l’administration Tremblay & Compagnie Syndics et gestionnaires de Saguenay À la suite du dépôt de l’avis, l’entreprise disposait d’une période de six mois pour faire une proposition à l’endroit des créanciers.

«L’entreprise n’avait pas les conditions nécessaires pour amorcer un plan de relance et effectuer le redémarrage de l’usine située à Mashteuiatsh. Le volume de bois obtenu par Mashteuiatsh dans le cadre de l’entente intervenue entre Roberval et Produits forestiers Résolu n’entre pas en considération dans la fabrication de granules. L’entreprise a plutôt un besoin de bois de planure qui est produit par les scieries», explique le syndic Fabien Tremblay.

Le document officiel de la faillite de l’entreprise Granules LG International Inc fait état d’un total du passif de 5 815 918,38 $ et d’un total de l’actif de 1 079 303 $. Les créanciers devront se présenter au palais de justice de Roberval pour tenter de récupérer une partie de leurs biens. Dans ce genre de dossier de faillite, les créanciers garantis auront la priorité, les dettes gouvernementales telles que le régime des rentes du Québec, l’assurance chômage, par la suite les salariés de l’entreprise qui sont protégés jusqu’à un certain niveau, alors que les créanciers ordinaires devront se contenter des miettes.

L’usine de Mashteuiatsh, membre du Groupe LG, avait pris forme en 2010, dans les anciennes installations d’ADL Tobacco. Plusieurs partenaires financiers ont permis au projet de voir le jour, soit la SADC Lac-Saint-Jean Ouest par le biais du Fonds Démarrage et relève d’entreprises et le Fonds d’investissement régulier, le gouvernement fédéral par l’entremise de Développement économique Canada, le ministère des Affaires indiennes et du Nord du Canada. Le financement du projet s’élevait à quelque 8 millions de dollars.

]]>

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires