Groupe félicinois au Colorado à la Classique hivernale

Denis Hudon
Groupe félicinois au Colorado à la Classique hivernale

Le hockeyeur Samuel Girard, originaire de Roberval et qui joue pour l’Avalanche du Colorado, a reçu la visite d’un groupe de Félicinois, à l’occasion de la toute récente Classique hivernale de la Ligue nationale de hockey (LNH).

Ce sont d’anciens joueurs de hockey locaux qui aujourd’hui forment l’équipe du Wild Blueberries, des vieux chums qui voyagent chaque année à l’étranger pour y disputer des matchs amicaux et visiter des pays.

« Mes premiers matchs, c’étaient en Suisse. J’avais 22 ans et aujourd’hui j’en ai 52. C’est dire que ça remonte à loin, dans les années 1990 », lance Jean-Pierre Senneville.

Cette fois, le groupe, qui compte aussi dans ses rangs notamment Marco Dallaire, Jean Dumas, France Voisine, Mario Gauthier, pour ne nommer que ceux-là, désirait vivre l’expérience d’une Classique hivernale de la LNH et la destination Denver allait de soi, puisque Samuel Girard joue avec l’Avalanche.

« On connait tous très bien Samuel et on en a profité pour le rencontrer pendant notre séjour. Il était très occupé, son horaire chargé, mais on a pu jaser avec. Il a été élu 3e étoile du match contre les Kings de Los Angeles. Il a inscrit le but égalisateur. Nous sommes allés voir aussi un match de basketball de la NBA où s’affrontaient les Lakers de Los Angeles et les Nuggets, que Denver a perdu ».

Le hockey dans la peau

Il y avait foule à la Classique hivernale de la LNH à Denver où s’affrontaient l’Avalanche du Colorado et les Kings de Los Angeles. (Photo courtoisie)

Le Wild Blueberries, c’est 23 gars, des gens principalement de Saint-Félicien, de Roberval, mais aussi de Dolbeau-Mistassini. Dans le passé, ils ont fait des tournées ou voyages en Bulgarie, en Autriche, en Roumanie, en République tchèque, deux fois à Las Vegas et le groupe envisage une nouvelle destinée l’an prochain, du côté de l’Europe.

Lors de leur passage récent au Colorado, les gars ont disputé deux matchs intra-équipe sur la patinoire où s’entrainent les joueurs de l’Avalanche.

« C’était quelque chose d’assister à un match de la Classique hivernale et en plus au Colorado avec Samuel Girard sur la glace. Une fin de semaine très agréable avec un mercure autour de 3 ou 4 degrés Celsius », confie Jean-Pierre Senneville.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des