Industrie du bois : un effondrement des marchés redouté

Louis Potvin, journaliste de l'Initiative locale de journalisme
Industrie du bois : un effondrement des marchés redouté

Le Lac-Saint-Jean pourrait souffrir d’un ralentissement important dans l’industrie forestière au cours des prochains mois. Les gouvernements devront intervenir pour permettre aux entreprises de respirer dans la perspective d’une chute de la demande pour le bois d’œuvre et le papier aux États-Unis.

Le professeur de l’Université Laval Luc Bouthiller, spécialiste de l’industrie forestière, et le président directeur général du conseil de l’industrie forestière, Denis Lebel, prévoient des jours sombres pour l’industrie.

« Il y a effectivement une grande inquiétude. Il va y avoir une baisse inévitable de la demande, principalement pour le bois d’œuvre. La construction de maisons va être freinée en raison du coronavirus, ça va nous toucher directement surtout que les prix vont baisser », s’exprime Denis Lebel.

Denis Lebel réclame des interventions des gouvernements pour soutenir l’industrie forestière. (Photo – archives)

Le professeur Bouthillier a déjà constaté une baisse inquiétante.

« Le prix du 1000 pieds planche a passé de 600$ à 525$ en trois semaines. C’est normal, tous les projets de construction ou rénovation sont sur pause et le prix va continuer à chuter. Il va y avoir un énorme passage à vide. »

Ainsi, certaines scieries risquent de cesser leur production, ce qui aura des répercussions sur la production de copeaux qui sert à la fabrication de la pâte et du papier.

Mesures réclamées

C’est dans cette optique que Denis Lebel réclame des mesures de la part des gouvernements.

« On espère que des mesures seront prises, comme de suspendre de payer les redevances et les droits de coupe. Il faut aussi que le gouvernement fédéral trouve une solution pour débloquer les 700 millions qui sont gelés dans des coffres à cause des barrières tarifaires. Nos entreprises ont besoin de liquidités pour respirer et passer à travers. Il faut les sauver! »

Comme la production du papier tissu et du carton n’est pas près de s’estomper, l’ensemble de la filière bois doit demeurer solide afin de fournir les intrants nécessaires pour la production de ces produits.

Luc Bouthillier prédit qu’après le passage à vide des prochains mois, l’industrie forestière sera bien positionnée pour rebondir.(Photo courtoisie)

Le bois le matériau de l’avenir?

L’industrie forestière possède des atouts dans son jeu et devrait rebondir lors de la relance économique qui suivra la pandémie de la COVID-19.

Le professeur Luc Bouthillier pense qu’à moyen et long terme, l’industrie forestière pourra sortir gagnante de cette crise sanitaire.

« Il y a une conscientisation qui se fait concernant la réduction des gaz à effet de serre. Il devrait y avoir une progression de la construction en bois. Ce qui aura une incidence sur le 2×4, les panneaux et poutrelles, mais aussi des nouveaux produits qui vont permettre d’avoir des maisons avec un meilleur rendement énergétique. »

Il ajoute que la fibre de cellulose pourrait entrer dans la fabrication de masques et de vêtements de protection. De plus, il estime aussi que de réduire la longueur des chaines d’approvisionnement doit être envisagé pour l’environnement, mais aussi pour le bien de l’industrie.

Denis Lebel est du même avis. L’innovation devra être au cœur des entreprises après la crise sanitaire.

« Ça ne sera pas pareil après. Il va falloir travailler différemment dans le futur et s’adapter. Ce n’est pas la première crise qu’on traverse et nos dirigeants savent démontrer du leadership. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des