Investissements multiples dans Domaine-du-Roy

Cédrick Boulianne
Investissements multiples dans Domaine-du-Roy
La MRC de Domaine-du-Roy investira près de 100 000$ cet été  en marketing et promotion afin de mieux se positionner en tant que destination touristique.  (Photo : Trium Médias - Archives)

La MRC du Domaine-du-Roy a investi plus d’un million de dollars dans différents projets de nature, technologiques, touristiques et de développement local.

Pour son plan de développement touristique, la MRC Domaine-du-Roy a adopté le budget 2021-2022, qui s’élève à 265 000 $ réparti sur cinq axes stratégiques.

De plus, des projets qui ont pour but l’amélioration de l’expérience « Lac-Saint-Jean » et l’expérience « Famille » ont été adoptés pour une valeur de 46 650 $. Entre autres, on y retrouve un nouveau bateau de croisière pour Aventure Lac Saint-Jean, un module pour enfants au Parc Caverne trou de la fée. De plus, 55 000 $ en aide financière ont été octroyés pour la mise en place de la première phase du sentier multifonctionnel qui se trouvera sur le territoire de la MRC.

Par ailleurs, la vitrine technologique Biochar Boréalis a reçu sa cotisation annuelle de la part de la MRC d’une valeur de 115 800 $. Il est important de se rappeler que la MRC en est à sa 4e année d’une entente de cinq ans d’une valeur de 700 000 $.

 Soutien au développement local

Pour ce qui est des projets de développement, ce sont plus de 250 000 $ qui ont été investis un peu partout dans la MRC avec 160 000 $ pour l’aménagement de structures de jeux au Moulin des pionniers, 30 000 $ pour le réaménagement du skate parc de Saint-Prime et un autre 30 000 $ pour des pompes à essence au Relais Saint-André.

Économiser et éduquer

Après des discussions avec les représentants du Centre de formation professionnelle (CFP) du Pays-des-Bleuets, il a été décidé que la MRC réserverait un bloc de récolte de 2300 mètres cubes pour la formation des étudiants en foresterie.

« En plus d’aider les étudiants, le contrat est estimé à 56 000 $, cependant si on avait confié le même chantier à un entrepreneur, il nous en aurait couté 100 000 $. C’est une entente qui avantage les deux parties », a mentionné le directeur général, Mario Gagnon.

 

Partager cet article