La pandémie a peu d’impacts sur la clientèle

Denis Hudon
La pandémie a peu d’impacts sur la clientèle
Patrice Boivin quitte la direction du CFP après presque 4 ans pour relever un nouveau défi puisqu’il vient d’être nommé directeur général du CSS du Pays-des-Bleuets. (Photo : courtoisie)

La pandémie n’a pas vraiment ralenti les activités des Centres de formation professionnelles (CFP) de Dolbeau-Mistassini et de Roberval-Saint-Félicien qui accueillent régulièrement les clientèles dans les dix programmes disponibles.

Rappelons que les deux CFP du Centre de services scolaire du Pays-des-Bleuets sont regroupés en une seule entité, depuis quatre ans.

« Il n’y a pas à proprement parler de baisse des clientèles. On a la chance d’être reconnus comme un service essentiel, avec des élèves de 17 ans et plus qui se préparent à entrer sur le marché du travail. Les employeurs sont à la recherche d’une main-d’œuvre qualifiée à une période où celle-ci se fait de plus en plus rare », dit Patrice Boivin, qui était jusqu’à tout récemment directeur du CFP.

Un groupe en comptabilité a été touché par la COVID-19 au printemps dernier et celui-ci a été mis en quarantaine pour une période de 14 jours. Tout est revenu dans l’ordre depuis. Deux à trois autres élèves ont dû aussi se mettre en quarantaine.

Patrice Boivin rappelle que toutes les mesures sanitaires sont appliquées à la lettre.

Depuis mai dernier, les formations ont repris, sans interruption.

Formation individualisée

La formation individualisée est un volet qui aide grandement le CFP à maintenir ses programmes de formation. Cela signifie qu’un élève peut s’inscrire et débuter sa formation tout au long de l’année et ce, pour une majorité des programmes offerts par le CFP.

« Ce service d’admission en tout temps, dans l’année, combiné aux cohortes régulières, ça nous permet de conserver tous nos programmes. Sans la formation individualisée, ce serait difficile de les garder tous », indique Patrice Boivin.

Bon an mal an, le CFP du Pays-des-Bleuets accueille quelque 500 élèves. L’un des programmes les plus populaires en ce moment, est la formation en conduite de machinerie lourde en voirie forestière.

« Nous formons environ 72 élèves par an dans ce programme, à raison de trois groupes de 24 candidats. Il y a énormément d’ouvertures pour le marché du travail. »

C’est plus difficile présentement dans les formations en coiffure et soudage-montage, avec environ une quinzaine d’inscrits pour chacun de ces programmes.

Avec la pandémie, le CFP dispense ses cours sur place, dans ses locaux, mais fait appel aussi aux technologies où l’élève peut travailler à la maison, via Internet.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires