La santé publique démystifie son processus de test pour la COVID-19

Serge Tremblay, journaliste de l'initiative de journalisme local
La santé publique démystifie son processus de test pour la COVID-19
Matériel de dépistage (Photo : Trium Médias - Louis Potvin)

Dans un point de presse tenu ce matin, la direction régionale de la santé publique a tenu à démystifier son processus de test et d’analyse pour la COVID-19. Un sujet dont la complexité explique en partie la confusion de bon nombre de personnes.

Ces dernières semaines, il y a en effet eu passablement de confusion entre des cas déclarés positifs et des tests annoncés comme négatifs. Pas facile de s’y retrouver.

« J’avoue que c’est compliqué et on peut très bien comprendre que pour la population, devant pareil niveau de complexité, il peut y avoir des doutes et des questions, c’est normal », a indiqué le directeur régional de la santé publique, Dr Donald Aubin.

En fait, l’analyse des spécimens recueillis à la clinique de dépistage nécessite environ cinq heures d’analyse avec différents appareils. Ceux-ci tentent de repérer une séquence d’ARN qui est unique au virus afin d’identifier sa présence.

Certains appareils sont plus sensibles et donneront un résultat positif qu’un autre appareil n’arrivera pas à voir avec la même quantité de substance virale.

Les spécialistes doivent alors interpréter les courbes d’un graphique qui sera émis par l’appareil. On peut alors avoir un résultat positif, négatif, positif équivoque ou positif faible.

À ce jour, la stratégie de la Santé publique a été d’être très agressive sur tout résultat positif afin de ne prendre aucun risque avec la propagation potentielle du virus. Il peut arriver, souligne le Dr Aubin, qu’un cas soit déclaré positif au ministère et que quelques jours plus tard, à la lumière des analyses, on estime qu’il n’y a plus suffisamment de substance virale pour maintenir le cas comme positif.

On peut, par exemple, avoir obtenu un résultat prélevé en fin de maladie de sorte qu’il n’y ait plus suffisamment de substance virale pour obtenir un résultat positif quelques jours plus tard.

« Il peut y avoir des variantes difficiles à expliquer. On veut donner l’heure juste, mais c’est complexe. »

Le cheminement d’un test

Le cheminement d’un test pour la COVID-19 va comme suit:

1-Prélèvement d’un spécimen chez le patient.

2-Transfert du spécimen vers le laboratoire.

3-Analyse du spécimen et interprétation des résultats.

4-Transmission du résultat au médecin prescripteur ou à la Santé publique.

5-Communication du résultat à l’usager.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des