Le CREDD invite les citoyens à se doter d’un « jardin de pluie »

Julien B. Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le CREDD invite les citoyens à se doter d’un « jardin de pluie »
Comme le démontre Luc Chiasson, l’eau de la gouttière est réacheminée vers le jardin. (Photo : Photo Trium Médias – Julien B. Gauthier)

Le Conseil régional de l’environnement et du développement durable du Saguenay–Lac-Saint-Jean (CREDD) a inauguré le 20 septembre dernier à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix un nouveau « jardin de pluie ». L’organisation invite la population de la région à faire de même.

Situé au 78, rue Saint-André, près de l’église Saint-Jérôme, ce projet vise à montrer à la population de quelle façon il est possible de facilement réacheminer l’eau d’une gouttière vers un jardin.

Il répond à deux objectifs de la Stratégie québécoise de l’eau 2018-2030 : mieux prévenir et gérer les risques liés à l’eau, dont les inondations, l’érosion, la contamination de l’eau de surface, et promouvoir une utilisation durable de l’eau.

Jusqu’à présent, des jardins similaires ont été conçus, en collaboration avec les municipalités, à Chambord, Lac-Bouchette, Normandin et Albanel. En 2022, le CREDD souhaite aussi en instaurer à Hébertville, Lamarche et Sainte-Jeanne-d’Arc.

Démonstration

« L’eau pluviale se retrouve souvent dans les égouts. Et avec les fortes précipitations de plus en plus communes, les usines de filtration d’eau subissent souvent des épisodes de surverse. Elles ne sont plus capables de fournir. Les surplus d’eau causent aussi de l’érosion », explique Luc Chiasson, chargé de projet au CREDD.

Le jardin de pluie est selon lui un outil intéressant qui permet de s’adapter aux changements climatiques. L’organisation suggère ainsi de le faire à la maison.

« N’importe qui peut s’en concevoir un. D’une superficie maximale de 28 m², il suffit de creuser 20 cm en profondeur, de mettre de la terre et 5 cm de paillis. Il faut aussi entourer le jardin de pierres et de mettre un trop-plein pour évacuer l’eau en trop. On suggère aussi de planter des végétaux tolérants à l’humidité ou encore des plantes comestibles », ajoute-t-il.

Documentation

Un document est disponible sur le site web du CREDD indiquant les calculs et les directives pour reproduire chez soi un jardin de pluie. Selon Luc Chiasson, il en coûte moins de 1 000 $ pour s’en faire un.

Un panneau explicatif se trouve aussi aux côtés des jardins de pluie du CREDD, expliquant aux citoyens de quelle manière il est possible de le reproduire chez soi.

L’ensemble des projets de jardins de pluie ont nécessité un investissement de 85 000 $ pour la confection des plans et en personnel.

 

Partager cet article