Le maire Lucien Boivin exhorte la population à voter pour Brigitte Gagné : « Si Richard Garneau est élu, ça va être le bordel »

Jean Tremblay
Le maire Lucien Boivin exhorte la population à voter pour Brigitte Gagné : « Si Richard Garneau est élu, ça va être le bordel »
Lucien Boivin considère que la municipalité perdra au change si Richard Garneau est élu conseiller municipal. (Photo : archives)

Pour Lucien Boivin, il ne fait aucun doute que l’élection de Richard Garneau comme conseiller municipal causerait des torts énormes à la municipalité.

Le maire sortant sonne l’alarme. Celui qui quittera dans quelques jours son siège de maire de Saint-Prime a peur de l’éventuelle élection de l’ex-PDG de Produits forestiers Résolu. Il le considère de mauvaise foi et craint que l’on vive, à Saint-Prime, un conseil houleux et malsain pour les quatre prochaines années.

Lucien Boivin n’y va pas avec le dos de la cuillère pour assurer son appui, sans équivoque, à la candidate Brigitte Gagné sur un poste de conseillère. Il craint que l’éventuelle victoire de Richard Garneau brise l’équilibre entre les élus.

Pas besoin de Garneau

« Pour poursuivre un développement harmonieux, il faut compter sur un conseil de force égale avec les participants autour de la table. Je vous invite à voter massivement pour Brigitte Gagné. Le candidat Garneau est d’un calibre trop élevé pour le municipal. Il aurait dû se présenter au provincial ou au fédéral », affirme sur un ton ferme le maire de Saint-Prime.

Il ajoute que Saint-Prime n’a pas besoin des services d’un expert-comptable autour de la table puisque la municipalité a déjà plusieurs professionnels pour les accompagner.

« La directrice générale peut répondre aux conseillers. Nous utilisons les services d’une avocate. Les fonctionnaires du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH) et les vérificateurs comptables font également partie des professionnels qui nous accompagnent. »

Denis Taillon sous la loupe

Il craint également l’expérience d’affaires de Richard Garneau. « Tous nos conseillers travaillent près de nous. Ils parlent le même langage, celui de l’administration publique et non le langage de l’administration privée guidée par les performances financières pour satisfaire les investisseurs. »

Lucien Boivin fustige au passage l’ex-directeur général de la MRC du Domaine-du-Roy, Denis Taillon.

« C’est son lieutenant politique. Il affirme qu’une municipalité ne peut pas se priver des services comptables comme Richard Garneau. Imagine s’il est élu. Ça va être le bordel. »

Il rappelle la façon dont Richard Garneau interpelle les élus aux assemblées publiques.

« Je l’ai vu demander au conseil municipal des explications. Il ne voulait rien savoir lorsqu’on lui disait qu’il pouvait obtenir, le jour, toutes les réponses à ses interrogations. Monsieur désire obtenir une tribune. Il ne respectera pas la ligne de communication. »

Richard Garneau répond à Lucien Boivin : « Il devrait s’occuper de la campagne électorale à Saguenay »

Richard Garneau se montre insatisfait du travail de Lucien Boivin, maire de Saint-Prime depuis deux mandats. (archives)

Même s’il avoue ne pas connaître les raisons fondamentales des attaques de l’actuel maire sortant de Saint-Prime, Richard Garneau l’invite à placer ses énergies à l’endroit où il demeure maintenant, Saguenay.

« Il a vendu sa maison et il a déménagé à Chicoutimi », rétorque le premier intéressé.  Il préfèrerait que je ne sois pas au conseil pour éviter de poser des questions. Je suis un retraité qui demeure à Saint-Prime et ça fait 43 ans que je paie des taxes à la municipalité. En autant que je sois concerné, ce n’est pas de son affaire. »

Quant aux reproches du maire sur le niveau des connaissances et des expériences acquises par Richard Garneau, il répond : « Je désire en faire bénéficier la population. »

Il est d’avis que Lucien Boivin avait de la difficulté à répondre à ses questions. « Lors des assemblées publiques, il n’était pas capable de me répondre. Il me disait qu’il allait le faire par écrit. Quand on pose une question en public, on répond en public. Et si tu ne connais pas la réponse, tu dis à ton interlocuteur qu’il aura la réponse à la prochaine assemblée publique. C’est de cette façon que ça marche. »

Hausse du taux d’endettement

La principale raison qui a motivé Richard Garneau à se présenter comme conseiller municipal concerne le taux d’endettement de Saint-Prime qui, selon lui, ne cesse d’augmenter. « En 2001 nous avions un ratio de dette par rapport aux actifs de 21%. En 2019 on a passé à 38% et il sera plus élevé pour l’exercice financier 2020. Quand M. Boivin me dit qu’on n’est pas pire que les autres, c’est faux. Éventuellement, ça aura un effet négatif sur le taux de taxation. »

Manque de transparence

Finalement, le candidat Garneau ajoute dans ses critiques à l’endroit du conseil municipal celle de l’état du patrimoine urbain. « Ils se sont organisés, sans consulter personne, pour que le terrain du presbytère devienne de nature commerciale. Quand la nouvelle fut publiée, 1500 personnes se sont opposées, par signature, contre le projet de vente du presbytère à Nutrinor visant à y construire une station-service. »

Il fait de la transparence l’un de ses chevaux de bataille. « Quand il n’y a pas de consultations publiques sur des projets d’importance, il n’y a pas d’imputabilité. Ça prend du changement. Voilà pourquoi je me présente aux élections municipales. »

Partager cet article