Le prochain préfet élu au suffrage universel

Photo de Yohann Harvey Simard
Par Yohann Harvey Simard
Le prochain préfet élu au suffrage universel
Mario Gagnon expose les différents avantages d’un préfet élu au suffrage universel. (Photo : Trium Médias - Archives)

Pour la toute première fois le 7 novembre prochain, les citoyens de la MRC du Domaine-du-Roy auront également à voter pour leur préfet en plus de leur maire respectif.

Ce changement fait suite à la modification du système de votation adopté par la préfecture en janvier dernier. Jusque-là, c’est aux maires des différentes municipalités de la MRC que revenait la tâche de nommer un préfet parmi eux, alors que dorénavant, c’est plutôt au suffrage universel que celui-ci sera élu.

Selon le directeur général de la MRC, Mario Gagnon, une telle décision comporte plusieurs avantages, dont celui de libérer le préfet des tâches associées à sa fonction de maire.

« Les élus ont jugé que devant l’accroissement des responsabilités à la MRC, il fallait maintenant avoir un préfet qui soit en mesure de se consacrer entièrement à la tâche de préfet », explique-t-il.

Légitimité démocratique

De plus, Mario Gagnon souligne qu’étant élu par l’ensemble population, le préfet bénéficiera d’une plus grande légitimité démocratique.

« Il ne représentera plus seulement ses paires et les municipalités, mais bien tous les aspects de la société du territoire, allant du simple citoyen aux organismes. »

Par le fait même, on estime qu’il obtiendra plus de poids au sein des différents paliers gouvernementaux.

« Surtout dans les instances provinciales, un préfet élu au suffrage universel va avoir un potentiel de leadership accru, ce qui va parfois lui permettre de faire avancer les dossiers de la MRC plus rapidement. Il sera aussi moins tenté de prioriser les projets de sa propre municipalité. »

Puisque le préfet ne siégera plus forcément à un conseil municipal, son pouvoir d’influence dépendra aussi de sa capacité à se familiariser avec les rouages de la politique municipale, nuance Mario Gagnon.

Continuité

Par ailleurs, une élection au suffrage universel signifie également que le préfet sera en poste pour un mandat de quatre ans au lieu de deux, ce qui permettra une meilleure continuité dans l’avancement des dossiers.

« Ça aussi, c’est un avantage », affirme Mario Gagnon, rappelant que la MRC a changé de préfet trois fois au cours des six dernières années.

Le préfet sortant et maire de La Doré, Yannick Baillargeon ainsi que Bernard Généreux, ancien maire de Saint-Prime ayant déjà été préfet lui aussi, sont actuellement candidats à la préfecture.

 

Partager cet article