Les boutiques de plein air mieux préparées

Denis Hudon
Les boutiques de plein air mieux préparées
Avec une autre saison de pêche estivale qui s’annonce prometteuse, les boutiques de plein air sont prêtes à accueillir la clientèle et touchent du bois pour ne pas manquer de stocks. (Photo : courtoisie)

Les activités de plein air ont encore la cote. Les magasins spécialisés dans le domaine ont retenu des leçons de la première vague de la pandémie l’an dernier et sont mieux préparés pour faire face à la musique.

La pêche s’annonce encore très populaire cet été et déjà plusieurs amateurs font leur magasinage.

« Pour le moment, c’est assez tranquille, ce n’est pas encore véritablement décollé. Mais ça ne saurait tarder. Avec l’ouverture de la pêche, ça va s’accentuer et à partir de juin ce sera l’enfer », prédit Simon Blackburn de Pronature Blackburn et Fils, avec des magasins à Alma, Saint-Félicien, Dolbeau-Mistassini et Jonquière.

Approvisionnement un casse-tête

Pronature s’assure d’avoir des présentoirs pleins en magasin, mais d’un autre côté les entrepôts sont moins garnis. La question des approvisionnements se pose toujours.

« C’est très ambivalent d’une compagnie à l’autre. Chez certains fournisseurs, c’est plus lent à rentrer, chez d’autres ça va relativement bien. Ça dépend toujours aussi des marques, des articles, des produits. Certains articles sont plus demandés que d’autres. C’est un casse-tête à gérer », admet Simon Blackburn.

Celui-ci sait déjà que la pêche sera populaire et que ce sera aussi la folie furieuse l’automne prochain avec la chasse. Il s’y prépare déjà d’ailleurs.

« Dans un magasin comme le nôtre, les gens viennent chercher du bonheur et c’est encore plus vrai en période de pandémie ».

Ferlac/Sports Excellence

Les magasins Sports Excellence chez Ferlac ont aussi prévu le coup, avec la saison de pêche à nos portes.

« On a de bonnes quantités de marchandises en magasins. On a fait nos placements très tôt justement pour pouvoir répondre à la demande. C’est certain que des stocks peuvent être plus difficiles à recevoir que d’autres. Ça peut parfois être problématique », lance Dino Simard, directeur des sections Sports Excellence des quatre quincailleries Ferlac de Roberval, Saint-Félicien, Dolbeau-Mistassini et Chibougamau.

Il s’attend encore à une forte demande en divers articles pour la pêche.

« Ça se passe bien pour le moment. Le gros boum va venir avec l’ouverture de la pêche à la ouananiche à la mi-mai et deux semaines plus tard avec le doré. Les gens sont déjà en mode été, surtout avec le printemps hâtif. Ils ont peur de manquer leurs achats et se prennent de bonne heure ».

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires