Les citoyens exigent de meilleures communications

Louis Potvin, journaliste de l'Initiative locale de journalisme
Les citoyens exigent de meilleures communications

Les citoyens de la rue Saint-Georges touchés par des refoulements d’égout à répétition cet été réclament que la Ville soit plus proactive dans le partage des informations concernant les correctifs à faire.

Une dizaine de personnes se sont présentées à la salle du conseil le lundi 14 septembre pour obtenir plus d’information sur les solutions envisagées pour éviter de subir à nouveau des dégâts dans leur sous-sol.

« Est-ce qu’on va être inquiet chaque fois qu’il va pleuvoir? C’est beau d’attendre, mais c’est décourageant dans nos maisons. Ça fait depuis le 17 juillet qu’on est dans la merde », s’est exclamée Roberte Tremblay.

Les citoyens veulent obtenir un échéancier précis sur les études et travaux.

Le maire Luc Gibbons s’est engagé à ce qu’une communication de l’avancement des démarches soit acheminée rapidement et que régulièrement les citoyens soient informés.

État de la situation

Des ingénieurs ont été mandatés pour effectuer une évaluation de la capacité du réseau et des conduites pour déterminer à quel endroit se situe le problème.

« Des démarches sont en cours. Et à partir de ces calculs, des solutions pourront être mises en place. Ça ne veut pas dire pour autant qu’il faudrait creuser et refaire complètement le réseau. Si jamais c’est le cas, la Ville s’engage à le faire », a informé le directeur général, Dany Coudé.

« C’est une priorité pour nous et nous faisons des interventions. Les communications ont manqué et on va corriger ça. Je vous comprends de vouloir des réponses avant l’hiver », a ajouté le maire Gibbons.

Certains veulent obtenir des réponses afin de pouvoir régler les réclamations d’assurances. Parmi eux, Louis-Philippe Tremblay a subi près d’une dizaine de refoulements au cours des années et n’est plus assurable. Il doit poursuivre la Ville pour être dédommagé.

De plus, les citoyens aimeraient que la chaussée de la rue soit refaite, car certains secteurs sont dans un piteux état.

Assurances

Dans un autre dossier, la Ville a vu ses frais de couvertures d’assurance grimper de 80 000 $ au cours de la dernière année pour atteindre 217 146 $. Cette hausse s’explique en partie par le montant de responsabilité civile qui a été augmenté de quelques millions, mais il y a une hausse généralisée dans le domaine de l’assurance et les villes n’y échappent pas.

La Ville analysera la situation pour revoir l’ensemble de sa couverture pour essayer de réduire les coûts annuels qui montent en flèche.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires