Les enjeux économiques dans la mire

Serge Tremblay
Les enjeux économiques dans la mire
Les commerçants de Saint-Félicien veulent que la Chambre de commerce et d’industrie s’implique davantage sur les enjeux économiques. (Photo : Trium Médias - Archives)

La Chambre de commerce et d’industrie (CCI) du secteur Saint-Félicien a pris le pouls de ses membres et non-membres pour mieux cibler leurs besoins. Les prises de position sur les enjeux économiques pourraient bien se multiplier dans l’avenir.

L’objectif du sondage réalisé en avril dernier était d’avoir un portrait de la situation des entreprises et commerces et de connaître leurs attentes envers l’organisation. Les questions étaient les mêmes pour les deux groupes de répondants.

La CCI a reçu 56 réponses. Les sondés veulent majoritairement que la CCI réalise plus d’actions pour soutenir le développement économique, mette en valeur les entreprises du milieu, mise sur les avantages commerciaux, favorise le réseautage et qu’elle prenne position sur les enjeux économiques et avoir une présence active dans le milieu.

« Nous voulions savoir aussi avec la pandémie comment nos entrepreneurs s’en sortent et voir la nouvelle réalité post-pandémie. Plusieurs réponses vont dans le même sens que nos objectifs et que notre plan stratégique », avance la présidente, Claude Potvin-Brodeur.

Élections municipales

La CCI veut s’impliquer politiquement également. Elle veut entendre les candidates et candidats aux élections municipales de novembre prochain sur les différents enjeux économiques, principalement à Saint-Félicien.

La Chambre souhaite la tenue d’un débat public et pourrait proposer une formule similaire pour la course à la préfecture dans la MRC Domaine-du-Roy (suffrage universel).

Le sondage révèle par ailleurs que les principaux enjeux des entreprises locales sont de stabiliser ou d’améliorer leurs revenus, de gérer les approvisionnements et les opérations, et de communiquer avec les clients, fournisseurs et investisseurs.

La majorité des répondants (96, %) estime que leur entreprise est en bonne position pour poursuivre ses activités dans les deux prochaines années.

Depuis le début de la pandémie, la majorité des répondants (80%) ont constaté un impact sur leur charge de travail.

Enfin, la CCI qui comptait l’an dernier, au plus fort de la pandémie, 92 membres, est revenue presque au même niveau d’avant la COVID avec 177 membres.

 

Partager cet article