Les petites localités s’adaptent

Photo de Louis Potvin
Par Louis Potvin
Les petites localités s’adaptent
À Saint-François-de-Sales, des solutions sont trouvées afin d’aider les gens qui doivent restreindre les sorties.

Les petites localités de la MRC s’adaptent plutôt bien aux contraintes liées à la propagation du coronavirus.

C’est notamment le cas à Saint-François-de-Sales qui a organisé ses services municipaux pour aider les gens qui ont des besoins.

« On s’adapte. Certaines personnes veulent faire livrer, mais ne peuvent pas payer en argent et ne sont pas familiers avec les cartes, alors on les dépanne à la municipalité en facilitant les paiements », donne comme exemple la mairesse, Cindy Plourde.

Comme la municipalité est tissée serrée, les groupes d’entraide sont déjà bien présents.

On retrouve un regroupement d’achats qui permet la livraison de denrées à très bon prix. « Les gens font leur liste le vendredi et peuvent récupérer les articles en début de semaine. C’est un service offert en collaboration avec le Centre populaire de Roberval et c’est très apprécié. »

Comme, il n’y a plus de dépanneur ouvert dans la localité, il faut trouver d’autres moyens pour faire des achats au lieu de se déplacer dans d’autres municipalités.

Inquiétudes

La municipalité redoute les soubresauts économiques de cette crise. Comme une bonne partie des résidents ont des emplois saisonniers, on craint un retard pour le début de la saison touristique et l’épuisement des prestations d’assurance-emploi.

De plus, comme le printemps arrive, on espère ne pas avoir à composer avec des inondations comme par le passé.

Sainte-Hedwidge

À Sainte-Hedwidge, la vie est plutôt tranquille.

« Les gens respectent les consignes. Il y a eu un petit attroupement la semaine dernière et rapidement, les personnes se sont fait avertir. Les gens prennent ça au sérieux », mentionne le maire, Gilles Toulouse.

Comme le village est situé près de Roberval, les gens ne souffrent pas trop de l’isolement.

« Notre dépanneur est ouvert et fonctionne bien. Pour l’épicerie et la pharmacie, les gens font faire les commissions par des connaissances au lieu de se déplacer. C’est d’ailleurs mon cas. »

Gilles Toulouse a bien hâte que la vie s’active surtout, que la saison de pêche va s’amorcer en mai, ce qui amène son lot de passionnés qui passent par la localité pour se rendre sur la ZEC La Lièvre.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des