Les usines de Lac-Bouchette et Saint-François-de-Sales reprennent vie grâce à Perfecta Forêt

Par Daniel Migneault
Les usines de Lac-Bouchette et Saint-François-de-Sales reprennent vie grâce à Perfecta Forêt

<![CDATA[

Les usines de Lac-Bouchette et Saint-François-de-Sales reprennent vie. Une vingtaine de travailleurs ont déjà été embauchés par Perfecta forêt. D’ici l’automne prochain, une soixantaine d’emplois seront créés, une excellente nouvelle pour les deux petites municipalités.

Annoncé à l’automne 2009, le projet a connu plusieurs embûches qui ont retardé la mise en opération des installations. Un bris du contrat d’approvisionnement en tremble a obligé les dirigeants à dénicher de nouvelles alternatives : « Nous étions dans une forêt de tremble et nous ne pouvions pas mettre la main sur du tremble! C’est certain que nous avons subi un certain préjudice en raison du délai d’un an. Je pense toutefois que le résultat final sera positif », souligne le secrétaire-trésorier Serge Vézina.

Finalement, Perfecta forêt a revu son plan original. De nouveaux équipements qui permettent le déroulage du tremble ont été acquis. D’autres appareils provenant de la Chine et du Brésil sont aussi attendus prochainement.

Une entente est intervenue avec la Coopérative forestière Petit-Paris pour l’approvisionnement en matière première. De plus, l’entreprise a acquis 50 % des parts de la Scierie E. Tremblay d’Alma.

Les usines prennent petit à petit leur vitesse de croisière : « C’est une nouvelle vocation pour le Saguenay—Lac-Saint-Jean de fabriquer du contreplaqué. Il faut prendre le temps de bien former nos travailleurs. D’ici le mois de juillet, tous les travailleurs auront été engagés et formés », soutient le président de Perfecta Plywood, François Dugas.

La seconde phase de déploiement aura nécessité des investissements de 3,6 M$. Toutefois, le projet global s’élève à 8,6 M$. François Dugas rappelle que les usines ont été conçues pour répondre aux demandes spécifiques de la clientèle en offrant des produits sur mesure.

Une aide de Desjardins

La Caisse populaire Desjardins Sieur-de-Roberval a consenti une aide de 100 000 $. Cette contribution non remboursable servira à constituer un fonds de roulement pour la formation des travailleurs et le démarrage des installations.

« Notre mission est de participer à l’essor économique du milieu. Perfecta forêt réunit des hommes d’affaires sérieux. Malgré toutes les difficultés, on en arrive à un résultat très intéressant », souligne le directeur général de la Caisse populaire Sieur-de-Roberval, Martial Bouchard.

« Il faut prendre des risques, avoue M. Bouchard. Les investisseurs sont frileux dans le secteur forestier. Desjardins a une mission particulière. Nous prenons des risques calculés. »

Martial Bouchard espère que les succès de Perfecta forêt inspireront le milieu et des entrepreneurs à aller de l’avant avec des projets pour dynamiser le secteur.

Des produits qui se démarquent

Les produits de Perfecta Plywood se démarquent de plus en plus sur le marché. Serge Vézina est heureux que le bois du Lac-Saint-Jean soit mis en valeur : « Par exemple, pour l’un de nos produits, nous utilisions un bois provenant d’Afrique. Aujourd’hui, nous prenons du bois québécois. C’est un succès et la clientèle répond très bien. Nous fabriquons des produits de niche qui sont véritablement uniques », soutient-il.

En plus du marché canadien, l’entreprise exporte ses produits vers les États-Unis et l’Amérique centrale. Certains produits très spécifiques intéressent grandement le marché européen.

]]>

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des