L’heure de la retraite a sonné pour Jean-Guy Tardif

Photo de helene_gagnon
Par helene_gagnon
L’heure de la retraite a sonné pour Jean-Guy Tardif

<![CDATA[

DÉPART. Jean-Guy Tardif, directeur général à la Ville de Roberval, prendra sa retraite le 4 juin prochain, après 41 ans a travaillé de travail auprès de cette instance municipale.

« Je pensais à la retraite depuis un certain temps. Je savais déjà que je n’allais pas être présent lors des prochaines élections en 2017, afin de donner le temps à une nouvelle équipe de se mettre en place. Le départ de Jeannot Gagnon en 2014 m’a amené vers la chaise de directeur général, mais il était décidé à ce moment que j’allais occuper ce poste quelques années seulement. J’aime encore mon travail, mais l’âge me fait dire qu’il est temps de laisser la place », souligne le directeur général.

Des dossiers marquants

Plusieurs dossiers ont marqués le passage de Jean-Guy Tardif à la Ville de Roberval. Ils ne sont pas tous d’ordre municipal, mais la Ville a dû jouer un rôle important.

« Le sauvetage de la Traversée en 1998 est l’une des belles réussites. Alors qu’avec plusieurs acteurs du milieu nous avons repris la Traversée pour en faire un beau succès qui a permis à l’événement de perdurer. C’est un succès collectif. Une belle démonstration des membres d’une communauté qui se prend en main pour ne pas voir un événement tomber », mentionne M. Tardif.

Le centre de détention figure également à la liste des dossiers marquants.

« Il s’agit d’un dossier que nous devons nous réjouir. Nous commençons à en voir les conséquences financières sur le milieu de Roberval », mentionne le directeur général.

Le transfert des organismes, mais également tous les dossiers entourant le développement de la Marina sont des éléments notables.

« Plusieurs beaux dossiers sont sur la table actuellement. Ce n’est peut-être pas moi qui mettrai la marque «Roberval approuve », mais au moins je pourrai me dire que j’ai participé à l’amorce des dossiers », souligne-t-il.

Jean-Guy Tardif ne veut pas se vanter des dossiers plus difficiles par contre il ne cache pas qu’il a connu des périodes difficiles au sein de l’organisation municipale, alors que le conseil devait gérer de manière stricte le service les dépenses.

Côtoyer les élus

Jean-Guy Tardif a côtoyé 9 maires durant sa carrière à la Ville, deux maires en paroisse et sept à la suite de la fusion, soit Joseph-Arthur Tremblay, André-Guy Laroche, Claude Munger, Denis Lebel, Gilles Otis, Michel Larouche et Guy Larouche.

« Les personnes qui viennent ici, maires et conseillers, sont toutes remplies de bonnes intentions et c’est les contextes qui font en sorte que l’un réussit mieux que l’autre ou que l’un a fait des choses plus apparentes qu’un autre. Pour arriver à faire des choses visibles et des projets concrets, il faut préparer le terrain avant. Les années où les dépenses ont été contrôlées ont permis à des projets d’émerger une fois l’équilibre retrouvé. Ils viennent tous au conseil afin d’améliorer la qualité de vie et d’offrir de nouveaux services, et ce, toujours au moins cher possible. J’ai rencontré des gens plein de passion et très dévoué », explique M. Tardif.

Jean-Guy Tardif veillera à la transition des dossiers auprès du nouveau directeur général, Daniel Gauthier. À la demande des élus, et ce, même s’il est à la retraite certains dossiers resteront entre ses mains de afin d’en assurer le suivi.

]]>

Partager cet article