Milieux humides un plan pour y voir clair

Louis Potvin, journaliste de l'Initiative locale de journalisme
Milieux humides un plan pour y voir clair

La Loi entourant les milieux humides cause des maux de tête aux municipalités des MRC Maria-Chapdelaine et Domaine-du-Roy. Elles se partageront une ressource qui élaborera un plan pour caractériser les sites et éclaircir les zones d’ombre entourant les compensations à faire en cas d’exploitation de terrains.

« Pour nos localités, ça peut freiner le développement. Nous aurons un portrait plus juste de la situation afin de voir si les cartes utilisées par le ministère de l’Environnement reflètent bien la réalité sur le terrain », mentionne le préfet de la MRC du Domaine-du-Roy, Yannick Baillargeon.

Depuis la mise en œuvre de cette Loi, pour réaliser un projet dans une zone humide, le promoteur doit verser des compensations importantes. Le prix demandé peut souvent rendre le projet non rentable.

Ainsi de nombreux agriculteurs se retrouvent dans une situation ou une partie de leur terre est en milieu humide. Ils n’ont pas les moyens de payer les compensations pour continuer à les utiliser.

Le plan visera d’ailleurs à consulter toutes les personnes concernées par les contraintes imposées par cette Loi.

Parc industriel

Yanick Baillargeon donnait l’exemple du parc industriel de Roberval où l’on retrouve des zones humides.

« Si Roberval avait su avant pour son parc industriel, il ne l’aurait probablement pas aménagé comme ça. Et la prison n’aurait peut-être pas pu se construire à cet endroit, car le prix de compensation aurait été très élevé. »

Le projet de parc industriel de la MRC Maria-Chapdelaine pourrait être freiné par cette Loi, car les terrains se retrouvent dans un milieu humide.

Inéquité

Yanick Baillargeon se questionne  aussi sur le calcul élaboré par le ministère pour fixer les compensations.

« Les compensations passent du simple au double entre la MRC Maria-Chapelaine et Domaine-du-Roy. Pourtant nous avons des territoires similaires. On a demandé des explications, mais ça ne nous convainc pas. »

Les élus ont l’impression qu’ils payent pour le développement accéléré qui s’est effectué dans la vallée du Saint-Laurent alors que de nombreux milieux humides ont disparu au profit de développement résidentiel ou commercial.

Dans Maria Chapdelaine le pourcentage de milieu humide sur le territoire serait de 24% tandis qu’il est évalué à 16% sur du territoire de la MRC du Domaine-du-Roy. La proportion atteint 25% pour Saint-Félicien et La Doré.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des