Nancy Guillemette : Priorités : industrie forestière et Véloroute

Louis Potvin
Nancy Guillemette : Priorités : industrie forestière et Véloroute
Nancy Guillemette aura un automne chargé.

Les dossiers qui vont interpeller la députée Nancy Guillemette cet automne sont : l’industrie forestière, la Véloroute des bleuets, le service d’urologie à l’hôpital de Roberval et la Pointe-Langevin.

« Il s’agit des plus préoccupants que j’ai ciblés, bien qu’ils y en aient d’autres à régler. Pour l’industrie forestière, il faut accroitre la prévisibilité forestière afin que les compagnies puissent savoir à plus long terme les endroits où ils vont couper du bois. Il faut aussi questionner le fonctionnement du bureau de mise en marché des bois », lance-t-elle.

Sans apporter de solutions concrètes, elle ajoute que la problématique du manque de copeaux est inquiétante pour les usines régionales.

Pour ce qui est de la protection du caribou forestier, elle assure que son gouvernement va tout faire pour que le plan qui sera mis en place ait le moins de répercussions négatives sur l’industrie.

« Il ne faut pas fragiliser davantage notre industrie, qui est la plus importante du comté. »

Véloroute

Pour ce qui est de la Véloroute des Bleuets, Nancy Guillemette travaille en collaboration avec les autres députés de la région afin de dénicher les 5M$ nécessaires pour que le projet de bonification de 16 M$ se concrétise.

« Ça ne va pas aussi vite qu’on le souhaiterait. Il y a de nouveaux programmes qui devraient être annoncés dans lesquels le projet pourrait cadrer. Pour l’instant, il ne semble pas y avoir de programme adapté. J’ai espoir que ça se règle cet automne. »

Urologue

Nancy Guillemette assure qu’elle suit de très près le retour du service d’urologie à l’hôpital de Roberval. Ce service n’est plus disponible depuis quelques mois, faute de spécialistes prêts à venir à Roberval.

« Je m’informe régulièrement auprès du CIUSSS et j’ai une très bonne collaboration, la volonté est que le service revienne. Je suis confiante. »

Par ailleurs, Nancy Guillemette souhaite que les CHSLD et autres résidences pour aînés soient améliorés afin de répondre aux nouvelles réalités du milieu. Aussi, elle pense qu’il manque de résidences adaptées pour les personnes avec des problèmes de santé mentale.

Pointe-Langevin

Concernant la Pointe-Langevin, où le phénomène d’érosion est majeur, la députée travaille avec la Sécurité publique, le ministère de l’Environnement, celui des Ressources naturelles ainsi que Rio Tinto pour trouver des solutions.

« Ce n’est pas simple, car ça implique plusieurs ministères et le dossier est très complexe. »

Commission spéciale sur l’exploitation sexuelle des mineurs : Nancy Guillemette se prépare à entendre des atrocités

Nancy Guillemette sait que certains témoignages qui seront entendus à la Commission spéciale sur l’exploitation sexuelle des mineurs seront bouleversants. Elle a reçu une formation afin d’être bien préparée.

En siégeant à la Commission spéciale sur l’exploitation sexuelle des mineurs, Nancy Guillemette va vivre une expérience enrichissante, mais qui risque d’être très éprouvante.

« Nous avons eu de la formation nommée mise à niveau afin de bien se préparer à ce que nous allons entendre lors de cette commission. Évidemment, ça ne sera pas toujours facile et nous avons d’ailleurs eu droit à un témoignage poignant pour bien nous préparer », exprime la députée.

D’ailleurs, même si la Commission est publique, certains témoignages se feront à huis clos pour protéger les personnes.

« Pour ce qui est de la femme que nous avons entendue, la personne n’était pas identifiée et on ne connaissait pas sa provenance, mais il s’agissait d’une survivante qui a réussi à se sortir de la prostitution juvénile. On sent qu’il va y avoir beaucoup de doigté et de respect dans toute la démarche. Il faut en savoir plus et trouver des solutions pour tenter d’enrayer ce fléau de l’exploitation sexuelle. »

Mandat

La commission touchera différents aspects, en passant par les agressions sexuelles sur les mineurs et les jeunes filles ou garçons qui se prostituent. Cette commission aura comme rôle de dresser un portrait de l’exploitation sexuelle des mineurs au Québec et trouver des solutions pour stopper la clientèle et la prolifération des proxénètes.

« On ne parle pas de travailleurs du sexe, mais bien de victime. C’est de l’exploitation sexuelle. Les personnes ne le font pas par plaisir, elles sont contraintes et souvent de façon sournoise. Il y a aussi tout l’aspect de la maltraitance qui sera abordé », ajoute Nancy Guillemette.

La députée ne connaît pas la date à laquelle va débuter la Commission qui devrait s’échelonner sur quelques mois. Le rapport sera déposé en décembre 2020. C’est le député caquiste de Vachon, Ian Lafrenière, un ancien policier, qui présidera la Commission.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des