Polaire Plus a de la broue dans l’toupet

Denis Hudon
Polaire Plus a de la broue dans l’toupet

L’entreprise Polaire Plus de Saint-Félicien a dépassé le cap des 18 000 masques de protection fabriqués à son atelier en un peu plus d’un mois. Et c’est loin de ralentir, bien au contraire, la cadence n’a cessé de croître au fur et à mesure de la pandémie à la COVID-19.

Cindy Dufour est la directrice générale chez Polaire Plus. Elle a même dû se mettre elle aussi à la couture pour aider son équipe à répondre à la demande exceptionnelle de masques provenant d’entreprises et de particuliers.

Polaire Plus a même dû refuser des commandes de 30 000, de 40 000, voire une de 50 000 masques, n’ayant pas cette capacité de production.

« La première semaine, on livrait entre 300 et 400 masques par jour. Ça n’a cessé d’augmenter depuis et on est rendu à une production se situant entre 1 500 et 1 800 masques quotidiennement».

D’ailleurs, Polaire Plus a rappelé la semaine dernière trois autres couturières pour répondre à la demande. Tout a été mis en place à l’atelier afin de respecter la règle de distanciation d’au moins deux mètres.

Le personnel est maintenant composé de treize personnes, sur 25 qui travaillaient avant la crise de la pandémie.

De partout

« Nos clients sont beaucoup monsieur et madame Tout-le-Monde. Les gens veulent avoir leur masque. Il faut toutefois respecter les mêmes consignes sanitaires qu’on porte ou non un masque », tient à rappeler Cindy Dufour.

Beaucoup d’entreprises et instituions passent aussi des commandes à l’entreprise félicinoise.

« On livre énormément dans les CIUSSS, spécialement dans les régions de Montréal et Lanaudière, et même à des endroits que je ne connaissais même pas. Ça ne dérougit pas! ».

Il y a même du personnel qui travaille uniquement à prendre les commandes.

« On a deux personnes qui prennent les appels au téléphone. J’ai quelqu’un maintenant d’attitré uniquement aux envois postaux. Sur Internet, c’est encore plus fou », raconte la directrice générale.

Avec la réouverture prévue de certaines écoles, plusieurs commissions scolaires de la province ont déjà contacté Polaire Plus. Denturologistes, bureaux de médecines familiales et autres corps de métier font aussi appel à l’entreprise.

« Il commence à y avoir une pénurie d’élastiques pour les masques. On s’en tire quand même bien jusqu’à présent. Pour parer à ça, on ajoute maintenant une deuxième option, des masques avec des attaches en lacet ».

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des